Auteurs·Rencontres

Rencontre avec l’auteure Audrey Calviac

Audrey Calviac est une très sympathique auteure qu’il est vraiment agréable de connaître. Une rencontre que je suis très contente d’avoir faite car j’ai découvert une jeune femme talentueuse et attachante.

Audrey Calviac écrit depuis toute petite. Elle participe, en 2016, à des appels à textes avant de publier ses écrits « jeunesse » aux Editions Boz’Dodor (notamment le « Le petit Chaperon Loup » – chronique du 12.03.2017). En 2017, d’autres projets voient progressivement le jour notamment aux Editions Boz’Dodor, RoyzZ et Evidence. Je vous invite à rencontrer cette auteure que j’apprécie beaucoup.

Merci beaucoup Audrey d’avoir répondu aux questions du blog Au Fil des Livres. Cette rencontre est un réel plaisir ! 🙂 (oui !oui!oui!)

AFDL : Qui êtes-vous, Audrey Calviac?

Audrey : Je m’appelle Audrey Calviac et je suis une petite nouvelle dans le monde des livres. Le Japon fut le premier amour de ma vie. Après une licence de japonais et quelques voyages au pays du soleil levant, je me pare de craies et d’un stylo violet. Je deviens professeur des écoles. Je découvre alors l’univers des enfants et cela me plait immédiatement. C’est un réel défi chaque année de leur donner le goût de l’école ! Quand mes élèves arrivent le sourire aux lèvres, j’ai rempli ma mission.

AFDL : Écrire, qu’est-ce que cela représente pour vous ?

Audrey : Je ne suis pas une personne qui s’ouvre facilement. Je ne suis pas du tout à l’aise à l’oral. Écrire est ma manière de m’exprimer. Je prends le temps de réfléchir et de poser les mots sur ce que je ressens.
Je suis pourtant professeur des écoles, mais être avec des enfants et des adultes, ça n’a réellement rien à voir. La franchise d’un enfant est vraiment plaisante !

AFDL : Depuis quand écrivez-vous ?

Audrey : J’écris depuis mon plus jeune âge. C’est paradoxal, mais je n’ai jamais aimé aller à l’école. C’était même devenu un calvaire au collège. C’était donc mon moyen de m’échapper. J’écrivais en cour de récréation, en classe, mais aussi à la maison – j’espère que mes élèves ne liront pas la suite – au lieu de faire mes devoirs. J’avais une amie, Maëlys, qui partageait avec moi ce goût de l’écrit et nous rêvions ensemble même si nous voyagions dans des mondes différents.
Mes sœurs ont été mes premières lectrices avec quelques-unes de leurs amies. Elles ont eu « la chance » de lire « Les dragons de la prophétie », ma toute première histoire. Elle est cachée désormais à la cave.

AFDL : Quand trouvez-vous le temps d’écrire ?

Audrey : Mes histoires se forment la nuit pendant mon sommeil. Le lendemain, je dois trouver du temps pour mettre les mots sur ce que j’ai vu. J’écris une heure avant de me coucher. Quand je prends les transports en commun, j’écris sur « Notes » de mon portable. C’est un besoin vital comme celui de manger, boire et dormir. Je trouve donc du temps chaque jour. J’ai de la chance d’avoir un compagnon compréhensif.

AFDL : « Le chaperon-loup » est un conte qui aborde des sujets graves, où avez-vous trouvé l’inspiration ?

Audrey : Je suis professeur des écoles et je rencontre malheureusement des situations difficiles. Elles sont rares heureusement, mais elles existent. J’écris pour ces enfants qui ne partent pas avec la même chance que les autres. J’écris pour leur apporter une aide en attendant que le système le fasse…

AFDL : Quels sont les autres sujets que vous aimeriez aborder ?

Audrey : Tous les sujets liés à l’enfance m’intéressent ! J’ai abordé dernièrement le sujet des enfants malades. J’avais besoin d’écrire ce livre, car dans notre métier, il nous arrive de rencontrer un enfant que la vie a oublié. Je suis heureuse d’avoir terminé ce projet et j’ai hâte de sa sortie prochaine.
J’aborderai également le sujet du handicap où il reste encore bien du travail.Toutefois, j’aborderai aussi des sujets plus joyeux comme celui de l’école et des anecdotes d’une vie de classe.
Cependant, la différence et l’acceptation de l’autre resteront mon fil conducteur. Les enfants acceptent facilement la différence de l’autre (couleurs, religions, handicap moteur ou cognitif, troubles graves du comportement…), à l’inverse des adultes. Lorsqu’ils arrivent à un certain âge, ils se mettent malheureusement à changer. Ils sont happés par le monde des adultes et bien plus tôt qu’on ne le pense. Avec mes écrits, je veux qu’ils n’oublient pas leur manière de penser. Les adultes devraient prendre exemple sur eux.

AFDL : Un conte peut-il sensibiliser les enfants ? Pourquoi ?

Audrey : Oui ! J’ai travaillé avec mes élèves sur différents sujets comme l’écologie, la guerre en Syrie, la fondation Curie ou encore sur Anne Frank. Le livre permet d’aborder des sujets très graves avec douceur. Il permet aussi de répondre à leurs interrogations, car ils en ont beaucoup. Ils sont à table pendant les informations et ils voient des images, entendent des mots, mais ne comprennent pas tout. Certains enfants ne peuvent pas parler avec leurs parents de certains sujets, et les livres apportent des réponses.

AFDL : Avez-vous de nouveaux projets d’écriture ?

Audrey : Oui, des tas ! Le temps est malheureusement mon ennemi !
Avec Boz’Dodor, je lance une collection de petits livres, toujours liée à l’univers des contes. Tous les deux mois, à date fixe, un numéro sortira.
Le premier est prévu le 15 mai et il porte sur Boucle d’or entièrement revisitée. C’est toujours destiné aux plus grands enfants (10-13 ans), car l’univers est assez sombre.

AFDL : Etes-vous, vous-même, lectrice ? Que lisez-vous habituellement ?

Audrey : J’étais une grande buveuse d’encre ! Je lisais de tout. J’allais chez mon libraire et je choisissais le livre en regardant le titre et la couverture.
Malheureusement, depuis que je suis publiée, entre l’écriture et les corrections – sans oublier ma vie d’école – je n’ai plus le temps de lire.
Par contre, à chaque période de vacances, je me pose avec un livre.

AFDL : Quel est votre livre préféré ?

Audrey: Ce n’est pas facile, car j’en aime énormément. J’ai adoré «La princesse aux chenilles », un recueil d’anciens contes japonais.

 AFDL : Un petit mot pour nos lecteurs …

Audrey : Un grand merci de lire ! Il faut croire aux pouvoirs des mots !

 

 

4 réflexions au sujet de « Rencontre avec l’auteure Audrey Calviac »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s