Auteurs·Rencontres

Rencontre avec l’auteur Gilles PARIS

gilles paris

GILLES PARIS est un écrivain français. 

Attaché de presse aux éditions 13, puis directeur du service presse des éditions JC Lattès pendant sept ans et directeur du service presse des éditions Plon pendant dix ans, il a dirigé  une agence de communication spécialisée dans l’édition. Il est actuellement consultant en communication.

Il est l’auteur de :

  • Papa et maman sont morts – Editions du Seuil, 1991 – Editions Points, 2012
  • Autobiographie d’une courgette, Editions Plon, 2001, 2016 – Éditions Flammarion, 2013 – Adapté au cinéma (film d’animation) sous le titre « Ma vie de courgette » par Claude Barras, 2016.
  • Au pays des kangourous – Éditions Don Quichotte, 2012 – Editions J’ai lu, 2014
  • L’Été des lucioles – Éditions Héloïse d’Ormesson, 2014 – Editions J’ai lu, 2014
  • Le vertige des falaises– Editions Plon, 2017 (Chronique Au fil des Livres du 18.04.2017 : https://aufildeslivresblogetchroniques.wordpress.com/2017/04/18/le-vertige-des-falaises-gilles-paris/)

Falaise coup de coeur

Bonjour Gilles Paris. Je vous remercie de répondre aux questions du blog « Au fil des livres ». Je suis enchantée de cette « rencontre ».

 

AFDL : Qui êtes-vous Gilles Paris ?
Gilles : Je suis avant tout écrivain, rêveur, très curieux des autres, j’adore observer des inconnus aux terrasses des café, dans la rue, à leur fenêtre ouverte, je leur invente des vies. J’aime les carottes râpées, la mer, écrire, l’insouciance, la légèreté, réfléchir avant de m’endormir, pratiquer la boxe, la musique (électro, pop anglaise, le groupe Paradis, Lisa Shaw, French Kiwi Juice, Charlie Puth), les diners à la galerie 55, ceux de mon ami Michel, les langoustines, les pieds nus sur le sable. Je déteste les gens qui se prennent au sérieux, les petits pois, les navets, le salsifis, le mensonge, les hypocrites, la politique, la saleté, les pellicules sur une veste, la pression, me réveiller la nuit, les personnes qui vous parlent de trop près.

AFDL : Ecrire, qu’est-ce que cela représente pour vous ?
Gilles : Tout ce qui compte, ce qui me rend l’homme le plus heureux du monde le temps d’un roman.

 AFDL : Depuis quand écrivez-vous ?
Gilles : Depuis l’âge de dix ans, un journal intime que j’ai fini par brûler ; mon père ayant découvert sa cachette. Je suis passé aux nouvelles, aux poèmes, enfin au roman.

AFDL : Quand écrivez-vous ? Avez-vous des rituels d’écriture ?
Gilles : J’écris parfois le matin, le week-end, et je prends une semaine seul, au bord de mer, pour démarrer un roman. Je peux écrire de 8h00 à minuit en faisant de brèves pauses pour des repas légers.

AFDL : Quelles sont vos sources d’inspiration ?
Gilles : La vie que j’ai vécu, riche, parfois déstabilisante, qui ne cesse de développer mon imaginaire.

AFDL : Les femmes de votre roman « Le vertige des falaises » sont toutes brisées par les hommes, comment êtes-vous parvenu à vous glisser si aisément dans leur peau ?
Gilles : Un pari, fou peut-être, d’imaginer ce que pouvaient penser ces femmes de tous âges, être au cœur de leur sensibilité, leur dureté, leur choix. J’avais déjà abordé ces femmes, différemment, dans plusieurs de mes nouvelles.

AFDL : Vous qui êtes attaché de presse, à votre avis, qu’est-ce qui fait fonctionner un livre ?
Gilles : Le bouche à oreilles, tomber juste, comme un livre nécessaire à toutes et à tous.

AFDL : Avez-vous de nouveaux projets d’écriture ?
Gilles : Oui, je pars fin juin en Italie commencer mon sixième roman.

AFDL : Quels sont les livres de votre PAL ?
Gilles : J’en ai beaucoup, tous ceux que je ne défends pas et que je lirais plus tard, par exemple le dernier Delphine Bertholon Cœur-Naufrage chez Lattès et celui de Stéphane Hoffmann, Un enfant plein d’angoisse et très sage chez Albin Michel

AFDL : Quels sont les livres qui ont retenu votre attention dernièrement ?
Gilles : J’ai beaucoup aimé le premier roman de Julien Dufresne-Lamy Deux cigarettes dans le noir chez Belfond, une plongée au cœur de l’obsession et de la folie, Le Principe du désir de SaïdehPakravan chez le même éditeur autour d’un concept du désir contenu, enfin Les enfants perdus de François Hauter (Rocher) qui se déroule entre l’Australie, la Thaïlande et Hong-Kong, un vrai page turner.

AFDL : Un dernier mot ?
Gilles : Bientôt l’été, les pieds nus dans les mocassins, cette si jolie lumière qui se répand partout autour de vous.

 

Publicités

2 réflexions au sujet de « Rencontre avec l’auteur Gilles PARIS »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s