Rencontres

Rencontre avec l’auteur Valentine GOBY

Un paquebot dans les arbresRencontre avec VALENTINE GOBY

Valentine GOBY est, depuis 15 ans, écrivain de littérature et de littérature jeunesse. En 2014, elle a reçu le Prix des Libraires pour Kinderzimmer (Editions Acte Sud). Passionnée par l’histoire, la transmission de la mémoire est le sujet essentiel de sa production littéraire.

« Un paquebot dans les arbres » (chronique « COUP DE CŒUR » du 1er.05.2017: https://aufildeslivresblogetchroniques.wordpress.com/2017/05/01/un-paquebot-dans-les-arbres-valentine-goby/ ) est son 12ème roman.

Très sollicitée, Valentine a néanmoins accepté d’accorder une interview au blog Au Fil des Livres. Je la remercie très sincèrement pour cet échange téléphonique, riche et intéressant. Je vous laisse découvrir cet auteur de grande qualité.

Bonsoir Valentine,

AFDL : Qui êtes-vous Valentine GOBY ?

Valentine : Je suis une parisienne d’adoption. J’ai grandi dans un petit village du Sud-Est. J’aime la campagne, la nature, tout ce qui « touche » au corps (cela se ressent dans mes livres d’ailleurs), la montagne. La montagne par dessus tout.

J’ai le goût de l’effort. Je suis une grosse travailleuse, une laborieuse. Je suis dans l’effort comme on franchit un col de montagne. J’aime le réel, l’engagement. Je ne suis ni une rêveuse, ni une contemplatrice. Je suis dans l’action, l’agissement, dans la réalité des projets concrets. La littérature est dans cet esprit de réalité.

Je suis une maman. Une maman très engagée. La littérature a une place dans ma vie de famille. Mes déplacements, mes rencontres s’organisent dans cette vie de famille. C’est très chronophage. Je ne suis pas un écrivain solitaire, j’aime être dans le monde, dans la vie. Il y a une grande porosité entre ma vie de famille et la littérature.

AFDL : Ecrire, qu’est-ce que cela représente ?

Valentine : C’est comme respirer ! C’est quelque chose de vital, d’organique, constitutif de moi. Ecrire, c’est partager, c’est faire un espace d’échanges, de transmissions. Je suis un écrivain qui aime les textes en soi et qui aime les textes comme prétexte. C’est un partage, un regard sur le monde qui appelle aux commentaires, aux débats, aux retours. C’est un prolongement dans le réel.

AFDL : Depuis quand écrivez-vous ?

Valentine : Je ne m’en rappelle pas exactement. Je pensais les phrases avant de savoir écrire. De belles phrases dans ma tête. Des mots choisis avec intention. Je n’avais pas d’intérêt pour le dessin, par contre j’aimais la musicalité des phrases. J’aimais leur côté esthétique. Dès l’écriture acquise, j’ai écrit des poèmes, des petits textes qui rendaient compte du monde avec mon regard d’enfant. J’ai fait du piano, mais je n’étais pas douée. L’art, pour moi, passait par ces phrases dont j’aimais la musicalité, par les images de la littérature – littérature qui est un art total qui englobe les autres arts.

AFDL : Quand trouvez-vous le temps d’écrire ?

Valentine : Ecrire fait partie de ma vie. Le fait d’écrire trouve sa place dans ma vie ou parfois, je lui fais cette place. Je travaille la phrase. Ecrire, faire les phrases, cela correspond déjà à un long temps passé à faire des recherches – un an, parfois deux. Ces recherches sont des voyages dans le temps, des voyages géographiques aussi, des rencontres. Quand je m’assois, j’en suis à la forme, le temps des recherches est achevé. Cela s’organise dans ma vie. Quand les fondations de la recherche sont solides (comme celles d’une maison), je peux écrire partout : dans le train, à l’hôtel.

AFDL : Avez-vous des rituels d’écriture ?

Valentine : Chez moi, je baisse les stores afin de me priver des tentations (j’aime la campagne, sortir … le soleil, la lumière sont des incitations à sortir), je me mets au calme. J’écris beaucoup en hiver – octobre à mars sont des périodes productives, denses. Au printemps, j’écris un peu moins puis en été, plus du tout. Juillet et août sont les mois au cours desquels je n’écris plus du tout. Je sors, je fais du sport, la fête, je mange, je dors… C’est une vraie coupure pour le corps.

Parfois, j’écris vite et bien. Parfois, j’ai besoin d’un rituel, dans le sens où je ne crois pas à l’écriture miraculeuse. J’ai besoin de discipline, de concentration, de travail. Je m’astreins à cette discipline. Je fais taire une part de moi, une part qui pourrait m’inciter à faire autre chose qu’écrire. Je m’assois et je décide d’écrire. Bien sûr, parfois, certaines choses palpitent ailleurs et empêche l’écriture ; la vie est pleine de joies qui peuvent empêcher d’écrire – enceinte, par exemple, je n’ai pas pu écrire, mon esprit était accaparé ailleurs ! Ce peut être aussi des périodes douloureuses qui rendent indisponible sauf si cette douleur rencontre un écho avec le roman que l’on écrit et l’alimente.

AFDL : L’écriture d’ « Un paquebot dans les arbres » est liée à votre rencontre avec Elise Bellion, ressentiez-vous une pression particulière ?

Valentine : Mes romans sont tous comme cela, issus d’une rencontre. Ce sont de vraies histoires, de vraies rencontres. Chaque fois. C’était difficile au début, mais je mettais en garde la personne qui livre son histoire : le roman ne serait pas une biographie. Les images de la vie des autres entrent en résonance avec moi, avec mon histoire. Ecrire le roman revient alors à écrire plusieurs histoires : la sienne, la mienne et celle des lecteurs. Cette histoire devient celle de tout le monde ; c’est le pari de la fiction réaliste.

AFDL : En août 2017, sortira « Je me promets d’éclatantes revanches » aux éditions de l’Iconoclaste, vous y écrivez votre « rencontre » avec Charlotte Delbo …

Valentine : C’est une rencontre par les mots puisque Charlotte Delbo est décédée en 1985. Ce sont des mots sans équivalent, une écriture radicale, forte, transgressive. Cette femme est revenue à la vie par la littérature, elle dit « je suis revenue d’Auschwitz par les écrits ». La vie définit mes personnages. Charlotte incarne cette préférence pour la vie – préférence qui passe par la langue, par une écriture puissante. C’est une main tendue dans l’écriture, un compagnonnage définitif. Ce livre est une déclaration d’amour à cette femme. Ses écrits sont si forts tout en étant accessibles, même pour un ado de 13 ans, d’une charmante simplicité. Je suis émerveillée par cette femme.

AFDL : Avez-vous de nouveaux projets d’écriture ?

Valentine : « Un paquebot dans les arbres » est d’août 2016, cet été sort « Je me promets d’éclatantes revanches ». En septembre 2017, sortira le 3ème livre jeunesse de « Juliette Pommerol » – c’est l’histoire d’une famille de menteurs qui ment pour embellir la vie et dont les liens entre les membres sont très forts.

J’ai un projet de roman en cours, mais comme chaque fois, la période de recherche est longue. Chaque fois, c’est se retrouver au pied de l’Everest ! On recommence, il faut gravir pour atteindre le sommet. Le projet est incertain, sans filet, sans revenu, mais passionnant. C’est le paradoxe du vertige et de l’effort, de grand désir et de grande frayeur. C’est vivant !

AFDL : Quels sont les livres de votre PAL ?

Valentine : Il faut que je reconstitue ma PAL. Au moment des sorties de livres, je lis beaucoup, je fais de nombreuses rencontres, des tables rondes. Je lis des romans. Actuellement, je ne suis pas dans l’actualité. Je lis surtout des livres concernant mes recherches. J’ai d’ailleurs fait une quarantième relecture des écrits de Charlotte Delbo. Je lis également les livres que ma fille doit lire, des classiques, Maupassant, Voltaire, Flaubert. Je lis la réédition du « Vieil homme et la mer » d’Hemingway en langue originale. J’ai également découvert la collection Point Signature, pour laquelle j’ai rédigé les préfaces. J’ai ainsi découvert le merveilleux livre de Cynthia Ozick « Le Châle ». Mes lectures sont très éclectiques.

AFDL : Un dernier mot …

Valentine : Le monde est vaste. Ecrire, c’est choisir quelques vies que l’on pourrait traverser.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Rencontre avec l’auteur Valentine GOBY »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s