Roman Contemporain

Qu’il emporte mon secret – Sylvie Le Bihan

Qu'il emporte mon secretQu’il emporte mon secret –
Sylvie LE BIHAN

Editions du Seuil – Janvier 2017

Je remercie les Editions du Seuil et Sylvie Le Bihan pour cette lecture.

coeur 5

 

4ème de couverture

« Je ne peux pas t’expliquer pourquoi, pas maintenant, mais sois patient, je te raconterai dès que j’aurai trouvé les mots. J’ai besoin de respirer, encore un peu, un autre air que celui, étouffant, de l’été 1984, celui que j’avais refoulé et que j’ai retrouvé dans une salle de la prison de Nantes, il y a trois semaines. »

Deux nuits ont bouleversé la vie d’Hélène à trente ans d’intervalle. La troisième, à la veille d’un procès, sera-t-elle enfin celle de la vérité ?

Alternant le présent et le passé, Sylvie Le Bihan construit un roman à tiroirs où le lecteur est tenu en haleine jusqu’à la fin.

Mon avis

Il y a des livres pour lesquels écrire une chronique est difficile. J’écris, je rature, je recommence, mais rien ne satisfait. Il est compliqué de traduire par des mots les effets que la lecture a suscités. C’est si intense, si bouleversant. Je reste sèche, sur le carreau, K.O.

Hélène se raconte. Insomniaque, elle écrit une lettre à Léo, amant d’une nuit, qu’elle a rencontré lors d’un salon littéraire trois mois auparavant. Deux narrations s’entrechoquent : son présent dans la chambre d’hôtel dans laquelle elle est en transit, son passé qui se dévoile peu à peu dans sa lettre. Le secret. L’oubli. « L’accident de 1984 » va ressurgir, trente ans après, suite à une rencontre fortuite à la Prison de Nantes.  Le puzzle se construit. Les pièces s’imbriquent. C’est douloureux. Cette femme, auteur à succès désabusée, froide, méthodique, tabagique à l’excès, alcoolique, boulimique, antipathique se livre. Le drame l’a façonnée. Elle a survécu. S’est adaptée. S’est protégée.

Le récit tient en haleine. La tension ne faiblit pas. L’auteur, elle-même victime d’un tel malheur, évoque, petit à petit, la résurgence de cette plaie que l’oubli avait tapi profondément dans son esprit.

« L’oubli est une stratégie de survie, un processus sélectif et dynamique, un choix imposé d’obscurité sur une partie de sa mémoire, suivi du mensonge qui pose les bases d’une autre réalité, plus facile à digérer. »

« L’oubli n’est qu’un lapsus de mémoire, un couvercle, au mieux un pansement, tout sauf une protection, car mon passé est encore là, sous-jacent, stocké, fiché par un cerveau zélé qui rit de mes errances. »

Hélène s’écrit. Les parole se libère. Elle ne nous est plus antipathique. Elle est victime.

« Car pour me tenir droite avec mes mensonges, j’en ai bavé. Mais sans m’en rendre vraiment compte. J’étais inconsciemment sous la coupe de mon passé, j’ai limité ma pensée, bloqué ma sensibilité, mon imagination, je me suis battue pour ne plus être humaine. Car être humaine, c’était être faible. »

Jusqu’au dénouement final inattendu, ce roman est poignant

C’est pour moi un très TRÈS GROS COUP DE CŒUR !

 

3 réflexions au sujet de « Qu’il emporte mon secret – Sylvie Le Bihan »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s