Roman Contemporain

Pour te perdre un peu moins – Martin Diwo – Rentrée littéraire 2017

Pour te perdre un peu moinsPour te perdre un peu moins – Martin Diwo

Editions PLON – Août 2017

Coeur 2

 

Je remercie les Editions PLON pour cette lecture.

 

4ème de couverture

Un garçon, une fille, une histoire universelle. Ils s’aiment, se déchirent, elle s’en va. Lui s’écroule. La jeunesse et l’innocence avec. Un roman qui frappe, âpre, enlevé, emporté, qui ne s’oublie pas. Une signature, une écriture, une voix, une époque, une génération.
« Vous avez peur ?
– Oui. Peur de l’après. Peur, parce que mettre le mot fin à ce livre, c’est mettre le mot « fin » à notre histoire. Aujourd’hui, Elle existe grâce à l’écriture, mais après ? Après, Elle n’existera plus et ça, je ne sais pas si je suis capable de le supporter. 
– N’avez-vous pas envie qu’il soit lu ?
– Vous savez quoi ? Je l’ignore. Enfin, il faudrait déjà que je le termine. Je ne sais pas si j’ai le courage d’écrire certaines choses. Celles que je vous confie par exemple. A vous, je peux les dire, mais au lecteur ? Nos conversations sont quand même très personnelles, non ? Et puis le but du livre n’est pas de déballer mes sentiments, c’est un roman, vous savez ? Enfin… un roman… en réalité c’est un double meurtre, un cri.
– Et ce cri, n’est-ce pas pour être entendu que vous l’avez poussé ?
– Ok je vois où vous voulez en venir. Vous pensez que j’ai écrit ce livre pour la faire revenir, c’est ça?»

Mon avis

Rien n’est commun dans cet audacieux roman. Ni le ton, ni le style, ni le cheminement du récit. Il ose d’ailleurs une originalité de structure alternant les pensées propres, les avis d’autres, la raison et l’absurde, les flash-back, le présent et un hypothétique futur. Les chapitres sont courts impulsant un rythme assez soutenu.

Ainsi, nous voici entraînés dans une fine analyse d’une rupture amoureuse. Le début est prometteur. Vif, enlevé, il accroche. Le fond oscille entre la confidence d’un ami, l’intimité d’un journal et le raisonnement ordonné d’une conversation magistrale. Néanmoins, on décroche. On se perd un peu. Quelques phrases et idées bien tournées suscitent encore l’intérêt, mais de moins en moins. Il faut avouer : l’ennui gagne. Les pages se sautent. On tourne en rond.

Finalement, cette lecture que j’attendais avec impatience est une déception. Elle me laisse un sentiment mitigé que je regrette alors qu’elle aurait pu être une réelle découverte.

 

Publicités

5 réflexions au sujet de « Pour te perdre un peu moins – Martin Diwo – Rentrée littéraire 2017 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s