Auteurs·Rencontres

Rencontre avec l’auteur Charlotte PONS – Rentrée littéraire 2017

Charlotte PonsRencontre avec Charlotte PONS

Charlotte signe, pour la rentrée littéraire 2017, un premier roman aux Editions Flammarion :

« Parmi les miens » (chronique Ici )

Parmi les miens

 

Charlotte PONS a passé huit ans au sein d’une rédaction parisienne comme journaliste culture et chef d’édition. Elle a créé en 2016 les ateliers d’écriture Engrenages &.Fictions.

Bonjour Charlotte,

Je vous remercie d’avoir accepté de répondre aux questions de Au Fil Des Livres. Cette «rencontre » est un plaisir.

AFDL : Qui êtes-vous Charlotte PONS ?

Charlotte : La question n’est pas simple. Pour faire bref et spontané : je suis maman de deux petits garçons, écrivain, trentenaire, journaliste pigiste. J’ai grandi auprès d’un lac et des montagnes mais je vis désormais à Paris – que j’aime beaucoup même si je me dis tous les jours que je vais en partir. Depuis deux ans, l’écriture romanesque est vraiment (re)devenue centrale dans ma vie.

AFDL : Ecrire, qu’est-ce que cela représente pour vous ?

Charlotte : Tout. L’écriture est mon moyen d’expression et la littérature ma façon d’appréhender le monde. Les deux me permettent de voir la vie avec solennité et distance à la fois, cela me permet « d’incarner » les choses. Je suppose que j’ai commencé à écrire car j’aimais raconter des histoires mais au-delà de construire une intrigue j’aime chercher et trouver le bon rythme d’une phrase, enchaînement des mots.

AFDL : Depuis quand écrivez-vous ?

Charlotte : Depuis toujours. Mais il y a eu une longue interruption après que j’ai essayé sans succès de publier un premier manuscrit, il y a de cela plus de dix ans. Je continuais à écrire mais pour le travail et donc seulement des articles, plus de fiction. Mais ce n’était pas grave : je travaillais, j’ai eu des enfants, bref, j’ai commencé à construire ma vie. Jusqu’à ce que je réalise que ce n’était plus possible de laisser cela de côté, que j’en avais trop envie et trop besoin.

AFDL : Quand trouvez-vous le temps d’écrire ?

Charlotte : C’est LA question. Je cours après le temps – mais comme tout le monde j’imagine. J’ai deux petits garçons et toutes les responsabilités qui vont avec – le désir de profiter d’eux aussi. J’ai parfois l’impression de leur « voler » du temps et de l’énergie quand j’écris. Et j’ai aussi l’impression qu’assurer le quotidien me vole du temps d’écriture…C’est moins vrai désormais que j’ai choisi de quitter mon travail pour me consacrer à ça. Je continue à « piger » pour des magazines et les ateliers me demandent de l’investissement mais l’essentiel de mon temps est vraiment consacré à l’écriture de fiction.

AFDL : Avez-vous un petit rituel d’écriture ?

Charlotte : Pour ce roman, je n’en avais pas. Si ce n’est que lorsque je sentais que je « lâchais », que je fatiguais – en général, au bout d’une heure ou deux -, je mettais un morceau de musique, m’allongeais ou dansais dans la pièce…

AFDL : « Parmi les miens » est votre premier roman, quelle a été votre source d’inspiration ?

Charlotte : Comme Manon, la narratrice de mon roman, j’ai travaillé en hôpital gériatrique quand j’avais dix-huit ans. Cela a été une expérience assez douloureuse qui m’a confrontée à la question de l’euthanasie et de la dépendance. Longtemps, ce que j’ai écrit en lien avec ça était d’une violence très crue. Et puis je me suis demandé comment ça se passerait si la question se posait pour mes parents et surtout, comment ça se passerait avec mes frère et sœur. En vieillissant, en construisant ma propre famille et en devenant la mère de deux frères, le thème de la fratrie – comment on peut s’éloigner en grandissant, comment nos relations reposent souvent sur des rôles figés depuis l’enfance…- est devenu une vraie fascination. C’est donc venu se greffer comme une deuxième source d’inspiration. Mais je ne voulais pas verser dans l’autofiction ni brasser mes propres histoires de famille. Le roman est « venu tout seul » dès lors que j’ai trouvé une intrigue – le passé de la mère. À partir de là, j’ai pu créer des personnages et un univers.

AFDL : Quel effet cela fait-il de voir son roman publié ?

Charlotte : C’est énorme. J’en ai poussé des cris de joie et j’en pousse encore – sérieusement. C’est l’accomplissement d’un long cheminement mais aussi la récompense d’une prise de risque puisque j’ai quitté mon emploi pour me consacrer à cela. Je m’étais donné deux ans pour y arriver.

AFDL : Votre vie est-elle chamboulée par les impératifs de la promotion ? Comment le vivez-vous ?

Charlotte : Je n’en suis pas encore là – si jamais ça arrive !

AFDL : Avez-vous de nouveaux vos projets d’écriture ?

Charlotte : Oui. Je travaille sur un autre roman et surtout je développe mes ateliers d’écriture .J’aime énormément cela : partager le plaisir d’écrire, de créer, rentrer dans l’univers d’autres personnes par le biais de leur écriture, de la rythmique de leurs mots. Aider à la construction d’un texte aussi – développer ici, couper là…J’aime beaucoup.

AFDL : Quels sont les trois derniers livres qui vous avez particulièrement aimés ?

Charlotte : « L’Art de perdre » d’Alice Zeniter, magnifique, qui allie l’histoire intime et celle d’un pays, traite de la question de l’héritage familial. « Dans la forêt » de Jean Hegland et « L’été des Charognes » de Simon Johannin.

AFDL : Quels sont vos prochaines lectures ?

Charlotte : La pile ne cesse d’augmenter. En vrac : « Les Saisons » de Maurice Pons, « La Servante écarlate » de Margaret Atwood, «S’autodétruire et les enfants » de Nicolas Bouyssi. Et puis je (re)découvre un peu la BD. On m’a prêté « Black Hole » de Charles Burns que je n’ai pas encore eu le temps de lire. Dans la rentrée littéraire, je suis notamment curieuse de lire « Point Cardinal », de Léonor de Récondo et « La Serpe » de Philippe Jaenada. Et vous, que me conseillez-vous ?

AFDL : Je vous conseille les romans de Delphine Bertholon, une auteure dont j’apprécie énormément le style : « Cœur-Naufrage », « Les Corps Inutiles ». Je n’ai pas encore lu ses autres romans, mais ça ne saurait tarder. Je vous recommande aussi « Je me suis tue » de Mathieu Ménégaux, « Un paquebot dans les arbres » de Valentine Goby ou « Le Vertige des falaises » de Gilles Paris.

Un dernier mot, Charlotte …

Charlotte : Merci beaucoup de m’avoir lue et donné la parole. J’espère que le roman touchera d’autres personnes.

AFDL : Merci à vous. 🙂 … Et pour information, Charlotte sera présente au salon du livre de Besançon « Livre dans la Boucle » les 15-16-17 septembre 2017.

 

3 réflexions au sujet de « Rencontre avec l’auteur Charlotte PONS – Rentrée littéraire 2017 »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s