Roman historique

Le Sans-Dieu – Virginie Caillé-Bastide – Rentrée littéraire 2017

Le sans dieu 1Le SANS-DIEU – Virginie Caillé-Bastide

Editions Héloïse d’Ormesson – 24 Août 2017

coeur 4

Je remercie les Editions H.d’Ormesson pour cette lecture.

4ème de couverture
Hiver 1709, dans le sud de la Bretagne. Une vague de froid sans précédent s’abat sur le Royaume de France, déclenchant une famine effroyable. Arzhur de Kerloguen, modeste hobereau breton, assiste impuissant à la mort du dernier de ses sept enfants. Sa femme perd la raison et lui, les ultimes fragments de sa foi. Maudissant dieu, il décide de devenir plus cruel encore que le seigneur ne le fut avec lui. Printemps 1715, au large des Caraïbes. L’Ombre, un farouche capitaine, fait régner la terreur dans ces mers du bout du monde qu’il écume sans relâche. Lors de l’attaque d’un galion espagnol, il épargne un prêtre jésuite et le fait prisonnier. Un affrontement s’engage alors entre les deux hommes sur l’épineuse question de l’existence de dieu. Autour du père Anselme et de l’Ombre gravitent nombre de flibustiers : fuyards, déclassés, prostituées, gueux et autres gibiers de potence qui ont renoncé à tout pour vivre une dangereuse et impensable liberté. 
Le Sans Dieu, navire de l’Ombre, devient une scène de théâtre exiguë pour ces hommes qui ne se sont pas choisis, mais se retrouvent condamnés à vivre et à mourir ensemble, avec l’immensité de la mer pour seul horizon. Un roman de pirates, où les tempêtes qui agitent les âmes semblent bien plus redoutables que celles qui déchirent les voiles.

Mon avis

Des aventures palpitantes, des rebondissements captivants, la plume enlevée d’un langage propre au XVIIIème siècle, des personnages ombrageux, un questionnement intéressant … Voici tous les ingrédients d’un roman de piraterie passionnant qui se dévore d’une traite.

C’est histoire d’Arzhur de Kerloguen, être ordinaire, brisé par le destin, devenu l’Ombre, capitaine du Sans-Dieu, pirate redoutable, cruel et charismatique. C’est le récit de la vengeance d’un homme de sa destinée, de ce Dieu qui n’a su l’épargner. Il écume les mers, pille, tue, sans pitié, sans âme, sans remord. La vie ne l’atteint plus, son cœur est vide. Il ne craint ni mort, ni douleur, ne redoute ni loi, ni jugement, n’espère ni salut, ni rédemption. La colère l’habite tout entier – fragment d’un sentiment qui le rend encore tout juste vivant, tout juste humain. Seules pourraient parfois l’ébranler quelques causes justes touchant certains membres fidèles et dévoués de son équipage.

Sa rencontre avec Anselme, jésuite brave et impulsif, va le contraindre à réfléchir et exprimer les griefs qui nourrissent sa violence. Profondément brisé, il ne cédera cependant pas et, même s’il demeure une note d’espoir, on ressent toute la profondeur du malaise de cet homme inconsolable.

L’écriture est prenante, les batailles admirablement décrites, les tourments des âmes évoqués avec clairvoyance et sensibilité. Ce roman est assurément un très bel écrit, à la fois fin et intense. Une belle découverte de la rentrée littéraire 2017.

 

Publicités

3 réflexions au sujet de « Le Sans-Dieu – Virginie Caillé-Bastide – Rentrée littéraire 2017 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s