Roman historique

La Part des Flammes – Gaëlle Nohant

La part des flammesLa Part des Flammes – Gaëlle Nohant

Editions Héloïse d’Ormesson – Mars 2015

Editions Le livre de Poche – Mars 2016

coeur 4

 

 

4ème de couverture 

Mai 1897. Le Tout-Paris se presse à la plus mondaine des ventes de charité. La charismatique duchesse d’Alençon, petite sœur de Sissi, a pris deux jeunes femmes sous sa protection en dépit du qu’en-dira-t-on. Scellant le destin de ces trois héroïnes, l’incendie du Bazar de la Charité bouscule ce monde cruel et raffiné et plonge Paris dans le deuil. Mais il permet aussi des amours et des rapprochements imprévus, des solidarités nouvelles, des libertés inespérées. Car naître à soi-même demande parfois d’en passer par le feu.

 

Mon avis 

La lecture de « La légende d’un dormeur éveillé » m’a fait découvrir la plume de Gaëlle Nohant que je ne connaissais pas. Conquise par ce roman, j’ai voulu lire d’autres écrits de l’auteure. Mon choix s’est porté sur « La part des Flammes » dont le résumé promettait de belles aventures. Je n’ai aucun regret.

4 mai 1897, un terrible incendie ravage le Bazar de la Charité – site d’une vente de bienfaisance organisée par les femmes de la haute société parisienne – faisant plus d’une centaine de victimes, prises au piège des flammes. S’inspirant de ce tragique événement qu’elle décrit brillamment, Gaëlle Nohant lie le destin de trois femmes, entières et déterminées, dans un monde hypocrite d’apparences et de faux-semblants. L’incendie revêtira pour chacune un sens différent, propre à son histoire dans laquelle passé et présent se mêlent et justifient.

Avec beaucoup de talent et de précision, l’auteure nous entraîne dans le Paris aristocratique de l’époque, croquant un monde figé et malveillant, fait de rumeurs, rivalités et dévotions religieuses. L’honneur se défend en duel, les mariages s’arrangent, les femmes se résignent, délaissée par les hommes qui s’oublient au club, la médecine psychiatrique interne et maltraite. Néanmoins, la société évolue et les prémices d’une amélioration de la condition féminine se dessinent.

Vive et subtile, la plume de Gaëlle Nohant vibre d’une émotion qu’on ressent à chaque mot. Ces femmes nous touchent, leurs destins nous ébranlent, leurs espoirs nous atteignent. L’histoire est intense. Ce livre, captivant.

 

12 réflexions au sujet de « La Part des Flammes – Gaëlle Nohant »

  1. J’ai beaucoup aime « la part des flammes » que j’ai lu pour Noel (j’attends toujours les sorties Poche et j’ai beaucoup de livres en attente…toujours trop d’envie versus mes capacités a lire). Ce qui m’a le plus touché dans le livre c’est le fait d’être très vite engloutie par la société de l’époque. Très très vite, on rentre dans l’histoire qui nous happe et on s’y croirait. Les descriptions des groupes sociaux sont très très intéressantes (les dominicaines, leur façon de penser, ces bourgeois froids et coinces qui laissent leur fille au mains de marchands de soins…etc).Odile

    Aimé par 1 personne

    1. C’est en effet un excellent écrit, très précis. Les détails et la qualité de la plume rendent l’ensemble vivant. On vit les scènes. Et je suis totalement d’accord, l’étude sociale est très intéressante.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s