Roman historique

Ces Rêves qu’on piétine – Sébastien Spitzer – Rentrée littéraire 2017

Ces reves qu on pietineCes Rêves qu’on Piétine – Sébastien Spitzer

Editions de l’Observatoire – 23 Août 2017

Prix Stanislas 2017

COUP DE CŒUR

 

 

 

4ème de Couverture 

Sous les bombardements, dans Berlin assiégé, la femme la plus puissante du IIIe Reich se terre avec ses six enfants dans le dernier refuge des dignitaires de l’Allemagne nazie. L’ambitieuse s’est hissée jusqu’aux plus hautes marches du pouvoir sans jamais se retourner sur ceux qu’elle a sacrifiés. Aux dernières heures du funeste régime, Magda s’enfonce dans l’abîme, avec ses secrets.
Au même moment, des centaines de femmes et d’hommes avancent sur un chemin poussiéreux, s’accrochant à ce qu’il leur reste de vie. Parmi ces survivants de l’enfer des camps, marche une enfant frêle et silencieuse. Ava est la dépositaire d’une tragique mémoire : dans un rouleau de cuir, elle tient cachées les lettres d’un père. Richard Friedländer, raflé parmi les premiers juifs, fut condamné par la folie d’un homme et le silence d’une femme : sa fille.
Elle aurait pu le sauver.
Elle s’appelle Magda Goebbels.

Mon Avis

Sans hésitation : COUP DE CŒUR ! ❤

Des phrases courtes et sèches. Des mots bruts, sans fioriture, comme cette guerre, crue et violente. Comme ces destins piétinés, ses vies arrachées, victimes de ceux qui n’ont plus rien d’homme. Des bêtes, des monstres qui tuent, violent, torturent, détruisent. C’est intense, douloureux et, bien qu’on ait des notions des atrocités de cette guerre, en lire le récit saisit aux tripes, retourne, ébranle.

La fin de la guerre est proche. Magda Goebbels, première Dame du Reich, froide, calculatrice, complice se terre avec ses enfants. L’Allemagne agonise. Hiltler et Eva Braun se suicident. A l’extérieur du bunker, les rescapés survivent, les américains progressent. La roue tourne.

S. Spitzer mêle le destin des uns et des autres, liés par d’infimes liens. Les camps – l’horreur indicible – se découvrent. Les écrits clandestins se dévoilent. Vifs, percutants, choquants. Ceux de Richard Friedländer, juif, arrêté, maltraité – un parmi des milliers d’autres. Friedländer qui a reconnu et élevé …. Magda. Des lettres qu’Ava, petite fille née à Auschwitz-Birkenau, transporte et protège. C’est un témoignage et une mémoire. Il faut que le monde sache.

Ce livre est magnifique. Puissant. Ardent. C’est un livre à lire, relire, écouter, comprendre, entendre. C’est un hommage à ceux qui ont souffert. C’est une réflexion sur les hommes, sur la monstruosité, sur l’obscénité du crime et la noirceur des cœurs.

Magistral !

 

Publicités

11 réflexions au sujet de « Ces Rêves qu’on piétine – Sébastien Spitzer – Rentrée littéraire 2017 »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s