Roman Contemporain

La Grande Roue – Diane Peylin

La grande roueLa Grande Roue – Diane Peylin

Editions Les Escales – 11 Janvier 2018

coeur 4
Je remercie les Editions les Escales pour l’envoi de cette lecture.

Résumé

Été 1986. Emma, les cheveux flamboyants, rencontre Marc au pied d’une Grande Roue. Elle est si jeune, il est si fort. C’est une histoire d’amour qui commence, autour d’une barbe-à-papa, les pieds dans le sable. Une histoire intense. Vitale. Mais ce  »Il était une fois » se transforme bientôt. Et le conte de fées devient celui de l’ogre et de la poupée.
Au côté d’Emma, il y a Tess dans la nuit, David en haut d’une montagne et Nathan dans un bureau de flic. D’autres personnages pour d’autres destins – d’autres chaos.
Les ruptures de chacun les ont isolés du reste du monde. Ils marchent. Chacun à leur rythme, ils marchent. À la recherche de leur identité.

Dans ce labyrinthe romanesque, où Lynch rencontre Kafka, le réel a besoin des chimères pour se révéler. Et permettre, petit à petit, à toutes les pièces du puzzle d’Emma de se dessiner. Emma, qui n’est pas qu’une poupée.

Mon Avis

Les phrases sont courtes, le style est sec, net comme ces coups qui heurtent et détruisent. Emma, en mal d’amour et de reconnaissance les encaisse. Au début, c’était beau, c’était pas comme ça. Marc, c’est son homme, il l’aime lui. Il aime sa rousseur, son odeur, il s’occupe d’elle, la guide, la chérit. Et puis, c’est sa faute à elle si les choses dégénèrent, elle le mérite, il s’excuse.

Diane Peylin décrit les rouages de ce piège qui se referme. Cette tension qui monte, l’inéluctable que l’on sent, que l’on ne veut pas reconnaître. L’indifférence, les yeux qui se ferment ou se détournent, les mots qui rassurent, qui cachent. Le conditionnement moral s’infiltre, l’habitude s’impose, comme une idée de normalité dans la résignation. L’incidence est multiple.

Tess traverse la nuit, David s’entoure de mystère, Field et Nathan sont en quête de vérité. Tous sont intimement blessés. Qui sont-ils ?

Diane Peylin nous tient en haleine. Les fils se tissent. Le récit captive jusqu’à la dernière ligne qui réserve bien des surprises.

Un roman à découvrir.

Et pour poursuivre, je vous invite à découvrir une interview de Diane PEYLIN 🙂

 

Publicités

3 réflexions au sujet de « La Grande Roue – Diane Peylin »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s