Nouveaux Auteurs·Roman Contemporain

Les Déraisons – Odile d’Oultremont

Les déraisonsLes Déraisons – Odile d’Oultremont

Editions de l’Observatoire – 10 Janvier 2018

Coup de coeur

 

 

Je remercie les Editions de l’Observatoire pour cette magnifique lecture.

Résumé

La vie d’Adrien et de Louise est un chaos enchanteur. Méritant et réservé, il travaille pour assurer leur quotidien. Ouvrière qualifiée de l’imaginaire, elle désaxe la réalité pour illuminer leur ordinaire.
Leur équilibre amoureux est bouleversé le jour où l’agenda stratégique de l’employeur d’Adrien coïncide avec la découverte de tumeurs dans les poumons de sa femme.
Pendant que les médecins mettent en place un protocole que Louise s’amuse à triturer dans tous les sens, l’employé modèle est exilé par un plan social aux confins d’un couloir. Sidéré, Adrien choisit pour la première fois de désobéir : il déserte son bureau vide pour se dévouer tout entier à Louise, qui, jour après jour, perd de l’altitude.
Mais peut-on vraiment larguer les amarres et disparaître ainsi sans prévenir ?

Et les frasques les plus poétiques peuvent-elles tromper la mélancolie, la maladie et finalement la mort ?

Mon Avis

Je voudrais octroyer une note de 50/20, douze étoiles, cent Like. .. Je voudrais savoir exprimer le coup de cœur ressenti pour ce roman. Comment trouver les mots justes ? Comment parvenir à traduire tous les sentiments qui m’ont habitée à la lecture de ces 220 pages. Seulement 220 pages, mais j’en aurais voulu davantage, plus, beaucoup plus.  Ne pas quitter Adrien, garder Louise. Toute cette folie douce, cette fantaisie, la fusion de la bienséance et de l’extravagance au travers d’un amour transcendé.

La vie s’écoule en dehors du cadre. Louise est un rayon de soleil. Elle irradie. Elle invente, compose, crée pour détourner l’habitude, refuser les gris, y adjoindre des couleurs. Adrien s’épanouit. C’est poétique. Les phrases se relisent encore et encore, leurs mélodies résonnent. C’est un voyage, un bouleversement.

« Louise n’était pas une enfant qui inventait une histoire à sa poupée, elle était une ouvrière qualifiée de l’imaginaire. Elle avait des mains dans son cerveau, de l’esprit dans ses mains, elle travaillait à plusieurs, on aurait dit un orchestre-labeur, quelque chose comme un quatuor artistique. Lorsqu’elle s’adressait à ses boîtes de pilules, il ne s’agissait pas de brasser le vent stérile d’une excentricité ponctuelle ou empruntée, mais de créer les prémices d’une œuvre inédite. »

L’histoire aurait pu être ordinaire – un couple, l’amour, elle tombe malade, ils souffrent, on pleure. Mais rien n’est ordinaire. Les mots ne le sont pas, pas plus que les personnages. Ce roman se cramponne, se respire, se vit, se dévore. Il ne s’explique pas.

Chère Odile d’Oultremont, je peine à rédiger cette chronique. Rien ne me satisfait. J’écris, j’efface. Je ne veux rien spoiler, en dire, mais pas trop. Parler de cet émoi qui m’a envahie, des larmes que j’ai versées, de l’intensité de cette lecture, de Louise – mais quelle Louise ! si courageuse, si fragile, si « extra-ordinaire », si attachante – d’Adrien, si humain. Poser les mots les plus appropriés, raconter votre écriture, magnifique, prenante, convaincre, inciter, et surtout vous remercier pour toutes ces émotions que vous avez suscitées.

Une lecture Coup de Cœur Absolu . 

A lire et à partager absolument.

Et pour poursuivre, voici l’interview de Odile d’Oultremont ⇒ ICI

 

Publicités

14 réflexions au sujet de « Les Déraisons – Odile d’Oultremont »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s