Auteurs·Rencontres

Rencontre avec l’Auteure Violaine Huisman

 

Rencontre avec l’Auteure Violaine Huisman

Violaine Huisman by Beowulf Sheehan

Violaine Huisman vit depuis vingt ans à New York, où elle a organisé de nombreux festivals et évènements littéraires. « Fugitive parce que Reine »  (chronique →ICI) paru aux Editions Gallimard en Janvier 2018 est son premier roman. Il est déjà sélectionné pour de nombreux prix.

Violaine a accepté de répondre aux questions d’Au Fil des Livres.

AFDL : Bonjour Violaine, je vous remercie très sincèrement d’avoir accepté de répondre à mes questions. Je suis touchée. 🙂
Qui êtes- vous Violaine Huisman?

Violaine : Je vis, comme vous l’indiquez, à New York depuis vingt ans. J’aime cette ville et ses aspérités, son paysage en dents de scie, sa richesse culturelle profondément hétéroclite. Je ne suis pas fan de Broadway, ni des comédies musicales (à l’exception des films de Jacques Demy), mais le théâtre et la danse me passionnent. 

AFDL : Écrire, qu’est-ce que cela représente pour vous ?

Violaine : “Il faut toujours une séparation d’avec les autres gens autour de la personne qui écrit les livres. C’est  une  solitude essentielle.  C’est la solitude de l’auteur,  celle de l’écrit.”
Cette phrase de Marguerite Duras – dans Ecrire — me semble très juste.  

AFDL : Depuis quand écrivez-vous ?

Violaine : Depuis l’enfance certainement. Je n’ai pas l’impression d’avoir un jour décidé d’écrire. Des bribes de récit, ou des phrases formellement composées souvent m’accompagnent sans jamais être transcrites. Mes pensées sont souvent écrites sans l’être.

AFDL : Quand trouvez-vous le temps d’écrire ?

Violaine : Je peux écrire à tout bout de champ, en marchant, en cuisinant, au milieu d’une conversation ennuyeuse ou d’un spectacle enivrant, en sortant les poubelles, en faisant le lit des enfants, sans m’y attendre ou en m’y préparant, en lisant souvent…

AFDL : Avez-vous un petit rituel d’écriture ?

Violaine : Je n’ai aucun rituel d’écriture. Ou si, je cultive l’oubli. J’aime oublier les phrases que j’ai mis du temps à construire en silence dans ma tête, je les observe disparaître avec plaisir, et si elles restent, de toute manière elles ne se terminent jamais comme prévu. C’est un peu comme la cuisine, pour emprunter une métaphore à Marie N’Diaye. Même en exécutant une recette exactement comme la cheffe l’a imaginée, le goût tangible des aliments ne peut être identique à celui que l’esprit s’est formé.

AFDL : « Fugitive parce que Reine » est un roman très personnel, est-il difficile de livrer ainsi son intimité ?

Violaine : Fugitive est effectivement un roman. Autobiographique, absolument, mais néanmoins une fiction. Tout ce qui y apparaît d’intime est transposé dans le cadre d’une structure narrative qui n’est plus mon intimité, mais ce qu’il y existe d’intime dans chaque individualité. J’ai ressenti beaucoup des émotions que décrit la narratrice, autant que celles dont Catherine fait l’expérience. Je me suis autant projetée dans chacun des personnages du livre ; la narratrice occupe le plus de pages, mais toutes les scènes du livre recèlent autant de mon intériorité.

AFDL : Que ressentez-vous face à l’accueil si enthousiaste de cet écrit ?

Violaine : Je suis particulièrement touchée de la reconnaissance que la critique a accordée à Saxifrage, le livre de que ma mère a publié aux éditions Séguier en 1993. C’est un texte à la forme expérimentale, une œuvre poétique insolite, moitié calligrammes, moitié poème en prose. D’imaginer que ce récit puisse sortir de l’oubli, que Catherine Cremnitz puisse être reconnue comme écrivain, m’émeut plus que tous les éloges qu’on a pu accorder à ma prose.

AFDL : Avez-vous de nouveaux projets d’écriture ?

Violaine : Mes projets me semblent encore trop fragiles pour les évoquer. J’espère cependant réussir à publier d’autres textes.

AFDL : Vous qui vivez à New-York, percevez-vous une différence dans les rapports à la littérature entre les américains et les français ?

Violaine :  Les Français lisent encore énormément par comparaison aux Américains. Il existe encore en France quantités d’organes de presse, de media, qui s’intéressent à la littérature, qui la promeuvent, la soutiennent, la vendent. Qu’il existe des émissions de télévision de grande audience dédiée aux écrivains fait toujours beaucoup rire mes amis new-yorkais. Ils trouvent ça hilarant tellement ça leur paraît dément !

AFDL : Votre roman va-t-il être traduit ?

Violaine : Oui mon livre va être traduit en plusieurs langues. Mon agent Mark Kessler a vendu les droits aux Pays Bas, en Hollande, en Italie, en Allemagne et en Espagne. Et il est en pourparlers avec un grand éditeur américain. Mark a fait un travail extraordinaire ! C’est très rare pour un premier roman de recevoir autant d’attention de la part d’éditeurs étrangers.

AFDL : Quel genre de lectrice êtes-vous ?

Violaine : Je lis avec joie, mais jamais pour me distraire. La lecture est une activité sérieuse, drôle, mais rigoureuse.

AFDL : Quels sont les livres de votre PAL ?

Violaine : L’Odyssée dans la traduction de Philippe Jacottet, dont je me suis souvenue en lisant des articles sur une nouvelle version en langue anglaise d’Emily Wilson. Et ensuite peut-être finirai-je enfin Ulysse de James Joyce !

Et puis, j’ai récemment rencontré Dominique Sigaud sur l’émission de Laure Adler et son dernier livre m’a donné envie de lire tous les autres.

Enfin, Le Malheur indifférent de Peter Handke, sur le suicide de sa mère, est un livre que je me suis toujours promis de lire et que je ne suis jamais parvenue à ouvrir ….

AFDL : Quels sont vos trois derniers livres « Coup de Cœur » ?

Violaine : Dans nos langues de Dominique Sigaud, Une partie rouge de Maggie Nelson et La Cheffe, roman d’une cuisinière de Marie NDiaye

AFDL : Un dernier mot …

Violaine : MERCI !

AFDL : Merci Violaine pour vos réponses 🙂

 

Publicités

9 réflexions au sujet de « Rencontre avec l’Auteure Violaine Huisman »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s