Auteurs·Rencontres

Rencontre avec l’Auteure Céline Lapertot

Rencontre avec l’Auteure Céline Lapertot

celine Lapertot

Céline Lapertot est professeur de français à Strasbourg et est l’auteure de Et je prendrai tout ce qu’il y a à prendre (2014), Des femmes qui dansent sous les Bombes (2016) et Ne préfère pas le Sang à l’Eau (2018) aux Editions Viviane Hamy (Chronique → ICI)

Céline a accepté de répondre aux questions d’Au Fil des Livres.


AFDL : Bonjour Céline, je vous remercie sincèrement d’avoir accepté de répondre à mes questions. Qui êtes- vous Céline Lapertot ?

Céline : je suis une prof, une mère, et aussi une jeune femme du 21ème siècle très ancrée dans son époque.  J’aime lire et écrire, bien évidemment, j’aime faire des trucs bêtes comme chanter pendant que je fais le ménage, j’aime l’actualité, noire, médiocre et tellement inspirante. Je déteste les épinards !  Et aussi les gens intransigeants envers les autres alors qu’ils le sont si peu avec eux-mêmes. 

AFDL : Écrire, qu’est-ce que cela représente pour vous ?

Céline : je pourrais dire tout mais ce serait un peu exagéré.  Mais ça représente une bonne partie de ma vie, la condition sine qua non de mon équilibre sinon je ne supporte pas le quotidien.

AFDL : Depuis quand écrivez-vous ?

Céline : concrètement j’écris depuis que j’ai 9 ans mais « j’écris » depuis mes 13 ans.

AFDL : Quand trouvez-vous le temps d’écrire ?

Céline : c’est anarchique et plutôt chaotique, mais je trouve toujours le temps d’être rien qu’à moi.

AFDL : Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Céline : ce que je vois et ce que j’entends.  Je suis profondément connectée à l’actualité, au monde qui nous entoure. Mes romans sont toujours extrêmement contemporains.

Ne prefere pas le sang a l eauAFDL : Comment votre dernier roman « Ne préfère pas le Sang à l’Eau » est-il né ?

Céline : je dirais mon propre rapport à l’eau.  Un constat simple, l’eau manque un peu partout mais nous la gaspillons.  J’aime parler des sujets de société mais en prenant toujours un axe très littéraire, allégorique.  Je savais que ce serait court et mythologique.

AFDL : Avez-vous un petit rituel d’écriture ?

Céline : plus maintenant.  J’ai une vie bien chargée et je me coupe en plusieurs moi bien distincts pour tout concilier. Mais j’ai souvent besoin d’écrire un poème avant d’écrire le roman.

AFDL : Avez-vous de nouveaux projets d’écriture ?

Céline : oui toujours. Les projets ce n’est pas ce qui manque, il faut juste apprendre à faire le tri et à ne pas se disperser parce qu’une bonne histoire ne fait pas forcément un bon roman. Mais je construits, et je l’espère, quelque chose de solide.

ALDL : Quels seront vos trois prochaines lectures ?

Céline : je ne sais pas encore. Je finis la biographie de Yves Coppens et je dois terminer les bd « de capes et de crocs ». Certainement « Ce feu qui nous dévore » de Paul Couturiau. 

AFDL : Quels sont vos trois derniers livres « Coup de Cœur »?

Céline : Bakhita de Véronique Olmi, Légende d’un dormeur éveillé de Gaëlle Nohant, Sucre noir de Miguel Bonnefoy.

AFDL : Un dernier mot ?

Céline : je n’ai pas de dernier mot à formuler mais comme j’aime bien avoir le dernier mot alors j’écris n’importe quoi juste pour écrire le dernier mot.

AFDL : Merci 🙂

  • Ma chronique de Bakhita → ICI – L’interview de Véronique Olmi → ICI
  • Ma chronique de Légende d’un dormeur éveilléICI

 

 

9 réflexions au sujet de « Rencontre avec l’Auteure Céline Lapertot »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s