Auteurs·Rencontres

Rencontre avec Philippe Claudel

Philippe ClaudelRencontre avec Philippe Claudel

Philippe Claudel est un écrivain, scénariste et réalisateur français. Il est aussi Maître de Conférences à l’Université de Lorraine. Il est entré à L’Académie Goncourt en janvier 2012.

Il a publié de nombreux romans dont Les Âmes Grises (Ed. Stock, 2003 – Px Renaudot) adapté au cinéma en 2005, La Petite Fille de Monsieur Linh (Ed. Stock, 2005), Le Rapport de Brodeck (Ed. Stock, 2007 – Px Goncourt des lycéens 2007, Px des libraires du Québec 2008, Px des lecteurs du livre de poche 2009), Inhumaines (Ed. Stock, 2017).

Son dernier roman L’Archipel du Chien  (Chronique ⇒ ICI) vient de paraître aux Editions Stock (14 mars 2014)

Invitée à un brunch par les Editions Stock le 17 mars 2018, (merci à leur adorable attachéePhilippe claudel 1 de presse Valentine Layet), j’ai pu découvrir ce fabuleux roman et rencontrer Philippe Claudel.

AFDL : Bonjour Philippe, je vous remercie d’avoir accepté de répondre à mes questions. Qui êtes- vous Philippe Claudel?

Philippe : Je suis quelqu’un qui essaie de faire son métier d’homme, ce qui n’est pas toujours simple. La vie ne vaut la peine d’être vécue que si nous parvenons au quotidien à porter et à défendre les valeurs humaines de solidarité, d’écoute, d’entraide et de fraternité. Par les livres que j’écris, par les films que je réalise, je tente d’établir des lieux virtuels au sein desquels nous pouvons nous retrouver, nous questionner et partager.

AFDL : Écrire, qu’est-ce que cela représente pour vous ?

Philippe : Un geste tout à la fois simple et essentiel. Simple car il me permet de raconter des histoires, comme un père ou une mère le fait pour son enfant. Essentiel car il est comme une respiration sans laquelle je ne pourrai pas vivre. Mais c’est aussi un geste vertigineux car par lui je tente d’approcher le mystère de notre nature.

AFDL : Depuis quand écrivez-vous ?

Philippe : Depuis l’enfance. La plus haute enfance. J’ai appris à écrire et à lire et je n’ai jamais cessé de lire et d’écrire depuis ce temps lointain.

AFDL : Quand trouvez-vous le temps d’écrire ?

Philippe : J’écris quand j’ai envie. Uniquement. Il faut que je sois porté par un désir et une nécessité. Il est rare que je passe un jour sans écrire. Parfois pendant quelques minutes, parfois pendant des heures sans m’arrêter.

AFDL : Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Philippe : Le monde. La vie. Les autres. Je regarde autour de moi. Le regard compte plus que tout. J’écoute. Je respire. Je suis dans le monde, comme un homme ordinaire. Le monde me blesse, me caresse, m’amuse, me trouble, me consterne, m’éblouit. J’essaie de rendre compte de cela.

AFDL : Comment est né votre dernier roman ?

Philippe : Quelques images. Celle d’une île préservée, d’une mer indifférente, de trois corps s’échouant sur une plage. Je suis parti de l’idée de bonheur et d’égoïsme, de l’idée de frontières, d’indifférence et de tragédie. Il me semble que le romancier a le devoir de s’affronter au réel. Je ne donne aucune leçon de morale, je cherche simplement à nous mettre face à nos responsabilités, mais je le fais au cœur d’un récit qui est une fiction et qui doit avoir les attraits de la fiction.

AFDL : Avez-vous un petit rituel d’écriture ?

Philippe : Non. Un objet, oui. Je ne peux pas écrire une seule ligne sans mon ordinateur portable.

AFDL : Avez-vous de nouveaux projets d’écriture ?

Philippe : Beaucoup. Mais je ne parle jamais des projets, de peur de les voir s’évaporer.

AFDL : Quels sont les livres de votre PAL ?  

Philippe : Elle est imposante et sans cesse alimentée par tous les livres que je reçois pour les différents prix Goncourt (Premier roman, nouvelle, poésie, biographie, roman). Croyez-moi, j’en reçois tous les jours, et en plus, je continue toujours à acheter beaucoup de livres !

AFDL : Quels sont vos trois derniers livres « Coup de Cœur » ?

Philippe :

Ces rêves qu’on piétine, de Sébastien Spitzer, éditions de l’Observatoire

Grand frère, de Mahir Guven, éditions Philippe Rey

Un emploi sur mesure, Sven Hansen-Love, éditions du Seuil

AFDL : Un dernier mot ?

Philippe : Ce sont toujours les livres qui ont le dernier mot, pas leurs auteurs.

 

3 réflexions au sujet de « Rencontre avec Philippe Claudel »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s