Auteurs·Rencontres

Rencontre avec l’auteure Jeunesse Cécile Alix

Cecile AlixRencontre avec Cécile Alix

Dans la vie, l’auteur Cécile Alix passe ses nuits à lire et collectionne les sourires de ses enfants, les poils de chat sur son pull noir et les souvenirs à venir.

Elle s’intéresse à la philosophie, à la pédagogie sociale et intervient auprès de jeunes atteints de troubles cognitifs. Elle écrit et met en scène des pièces de théâtre, anime des cours de théâtre et de relaxation pour enfants et publie chez divers éditeurs.

Elle a notamment écrit Tarzan Poney Méchant (Ed. Poulpe Fictions, 2017) et Léonardo (Ed. Poulpe Fictions, 2017) et Goliath,Chat Pirate (Ed. Poulpe Fictions, 2018)

Son site : https://homoscribanus.blogspot.fr

AFDL : Bonjour Cécile, je vous remercie d’avoir accepté de répondre aux questions du Blog au Fil des Livres.

Cécile : C’est avec plaisir, merci à vous !

AFDL : Qui êtes-vous Cécile Alix ?

Cécile : Je suis une ourse sociable ! J’aime rester dans ma tanière, écrire, partager avec ma famille, lire et écouter de la musique, des concerts de Jordi Savall au rap d’Orelsan. Mais j’adore les voyages, courts et intenses, dans les lieux qui me font rêver. Je ne déteste pas grand-chose, hormis l’égoïsme, les jugements hâtifs, la bêtise humaine…

AFDL :Écrire, qu’est-ce que cela représente pour vous ?

Cécile : Une respiration naturelle, un souffle, la liberté d’être moi-même et de jouer avec « mes autres ». Écrire me repose et m’épuise, c’est l’essence de mon existence.

AFDL : Depuis quand écrivez-vous ?

Cécile : Depuis que je sais lire !

AFDL : Quand trouvez-vous le temps d’écrire ?

Cécile : J’écris maintenant à plein temps, environ dix heures par jour, parfois davantage.

AFDL : Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Cécile : Tout m’inspire, une annonce dans un train, une phrase dans un livre, mon chat qui s’étire, les mots des autres à la radio… Quand je vois ou entends quelque chose de beau, mon imagination cavale. Quand je suis confrontée à la misère humaine, elle s’emballe. Le bon comme le mauvais m’imprègnent et me poussent à écrire.

AFDL : Avez-vous un petit rituel d’écriture ?

Cécile : Pas particulièrement. En règle générale, je m’installe à mon bureau, que je nomme « l’établi », à huit heures, une théière à portée de main, musique en fond sonore, et j’y reste jusqu’au soir, mon mari me monte un plateau repas à midi ! Mais maintenant, j’ai appris à me concentrer et à écrire dans le train et à l’hôtel, lorsque je suis en déplacement, ce qui est fréquent dans une vie d’auteur.

AFDL :Avez-vous de nouveaux projets d’écriture ?

Cécile : Deux romans sortent en mars, « Goliath, chat pirate » (ed. Poulpe Fictions), l’histoire d’un chat vorace et carnivore, obligé de vivre chez un végétarien, et « Six contre un » (ed. Magnard Jeunesse), le récit de Ludo confronté à la violence dans son collège. Je prépare aussi une série sur le zoo pour la Bibliothèque Rose, des albums de contes, deux autres romans et une biographie humoristique de Molière ! Le tout sortira d’ici novembre 2018. Depuis quatre ans, j’écris aussi un roman destiné aux lecteurs adultes, mais je ne trouve pas le temps pour l’avancer, alors que l’histoire est dans ma tête !

AFDL :Quels sont les livres de votre PAL ?

Cécile : Hum. Elle est très haute. Donc, si je prends les livres qui se situent au sommet de la pile, il y a : « Plus tard, je serai un enfant » d’Eric-Emmanuel Schmitt (ed. Bayard), « Une rencontre à Pékin » de Jean-François Billeter (ed. Allia), « Morales du grand siècle » de Paul Bénichou (ed. Folio essais), « La vie de M. de Molière » de Jean-Léonor de Grimarest (ed. Tredidon), « Clair de femme » de Romain Gary (ed. Gallimard) .

AFDL : Quels sont vos trois derniers livres « Coup de Cœur » ?

Cécile : 1) le tome 2 de la série « Roslend », « Trisanglad » (ed. Didier Jeunesse)  de mon amie Nathalie Somers, un sublime roman, intelligent et élégant, qui mêle Histoire et fantasy. 2) « La vie devant soi » (ed Mercure de France) d’Emile Ajar (alias Romain Gary), un roman d’amour de la vie, un regard lucide sur les hommes. C’est cruel et intense, merveilleux et tendre. 3) « Article 353 du code pénal » de Tanguy Viel (ed. de Minuit), un plaidoyer passionnant et envoûtant contre l’injustice des puissants. Je peux en ajouter un quatrième ? « Les délices de Tokyo » (ed Le livre de poche) de Durian Sukegawa, un chant d’humanité, des saveurs sur la langue, des parfums dans les narines, une vieille femme, un cuisinier, et de délicates fleurs de cerisier… à lire, c’est bouleversant !

AFDL : Un dernier mot ? 

Cécile : Émerveillons-nous !

AFDL : Merci Cécile ! 🙂

 

5 réflexions au sujet de « Rencontre avec l’auteure Jeunesse Cécile Alix »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s