Auteurs·Rencontres

Rencontre – Olivia de Lamberterie

Rencontre d’Olivia de Lamberterie

Olivia 2

Olivia de Lamberterie est journaliste et critique littéraire. Elle est rédactrice en chef de la rubrique livres du magazine ELLE et chroniqueuse littéraire dans l’émission Télématin.

En Août 2018 parait son premier roman «Avec toutes mes sympathies » publié aux Editions Stock dans lequel elle aborde avec beaucoup de finesse la perte de son frère.

 

AFDL : Bonjour Olivia. Je vous remercie très très sincèrement d’avoir accepté de répondre à mes questions pour le Blog Au Fil des Livres. Qui êtes-vous Olivia de Lamberterie ?

Olivia : Un rien m’enchante, un rien m’entame ! Je cours après la légèreté car je trouve que la vie n’est pas toujours un champ de roses, et que la bonne humeur est la meilleure des courtoisies. Mes deux modèles en la matière sont Françoise Sagan et Sempé, champions du monde du bonheur malgré tout.

AFDL : Vous êtes critique et chroniqueuse littéraire, combien de livres lisez-vous par semaine ?

Olivia : Tout dépend de la taille du livre, 3, 4, 5 par semaine ! Une chose est sûre, je lis tout le temps, partout, avec plaisir, enthousiasme, énervement, mais toujours avec passion.

AFDL : Passer de la lecture à l’écriture, un exercice difficile ?

Olivia : Pendant très longtemps je n’ai pas voulu écrire, lire me suffisait. Et puis mon frère est mort et j’ai pensé que les mots étaient le meilleur moyen de lutter contre la mort.

AFDL : Que vous a permis l’écriture ?

Olivia : La liberté. Toute seule devant mon ordinateur, j’ai trouvé extraordinaire cet horizon riche de tous les possibles.

AFDL : Aviez-vous déjà tenté d’écrire avant ce roman ?

Olivia : Non !

AFDL : Ecrire, est-ce s’exposer – à la critique, aux remarques, aux témoignages ?

Olivia : Oui, écrire, c’est justement s’exposer. Mais je pense que si on ne prend pas de risques, ça ne vaut pas la peine d’écrire. Je me suis beaucoup livrée, j’ai un peu l’impression de me promener toute nue dans la rue mais je trouve que ça valait le coup.

AFDL : Comment le vivre au mieux ?

Olivia : Sans verser dans l’impudeur, j’ai essayé d’être le plus sincère possible. Cette sincérité me protège des méchants, enfin je l’espère.

AFDL : Entre vos obligations professionnelles, votre rôle maman et votre vie de femme, quand avez-vous trouvé le temps d’écrire ?

Olivia : C’était tout le problème, j’ai trois fils, trois métiers (ELLE, Télématin, Le Masque et la plume), j’ai eu l’impression en permanence de voler du temps au temps. Heureusement que j’ai un mari très compréhensif qui me soutenait, j’ai travaillé le week-end, pendant les vacances, et pendant ce temps-là c’est lui qui emmenait les enfants à la piscine ou au foot !

AFDL : Aviez-vous un petit rituel d’écriture ?

Olivia : J’avais posé plein de gris-gris sur mon bureau… Je ne suis pas superstitieuse mais je crois dans la pensée magique.

AFDL : Avez-vous de nouveaux projets d’écriture ?

Olivia : Oui, écrire a ouvert des vannes, j’ai plein d’idées, j’ai déjà commencé un nouveau un projet. J’ai adoré écrire.

AFDL : Quelles seront vos trois prochaines lectures ?

Olivia : Dans la rentrée littéraire, « 17 ans » d’EricFottorino car je suis très sensible à sa façon élégante de se raconter, « La révolte » de Clara Dupond Monod car j’aime tout chez Clara : sa personnalité intense, ses élans, sa drôlerie, son Moyen Age alors que je suis nulle en histoire, Simone de Beauvoir dans la Pléiade : respect comme disent les rappeurs !

AFDL : Quels sont vos trois derniers coups de cœur littéraires ?

Olivia : Des trucs un peu bizarres ! « C’est aujourd’hui que je vous aime », de François Morel, j’ai eu l’impression de lire un film de François Truffaut, « Irrécupérable », de Lenny Bruce, on croirait parfois du Philip Roth, et « La Promesse de l’aube » de Romain Gary que j’ai relue : on devrait obliger tous les adolescents à lire ce roman, après ils ne s’arrêteraient plus jamais de lire.

AFDL : Et vos coups de cœur de cette rentrée littéraire 2018 ?

Olivia : Je ne sais pas encore, désolée !

            🙂 AFDL : … L’été passe, les lectures se succèdent et voici les premiers coups de cœur d’Olivia :

              Olivia : J’ai été transpercée par « 17 ans » d’Eric Fottorino chez Gallimard qui après avoir conté l’histoire de ses deux pères, révèle sa mère et c’est magnifique. J’ai été transportée par « Asta » de Jón Kalman chez Grasset, un grand roman lyrique et sentimental

Olivia 1AFDL : Un dernier mot ?

Olivia : la littérature ne change pas le monde, malheureusement, mais je crois qu’elle peut changer les lecteurs !

AFDL : Merci beaucoup Olivia :*

Olivia : MERCI !

 

 

21 réflexions au sujet de « Rencontre – Olivia de Lamberterie »

  1. Belle interview. Avec ta précédente chronique Tu m’as convaincue. J’étais pourtant sûre de ne pas le lire. J’aime pas vraiment les romans des personnalités ;-). Mais là Go !!!
    C’est un plaisir d’écouter Olivia au Masque aussi…

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s