Roman Contemporain

Là où les chiens aboient par la queue – Estelle-Sarah Bulle

la ou les chiens aboient par la queue

Là où les chiens aboient par la queue – Estelle-Sarah Bulle

Editions Liana Levi – 23 Août 2018
Prix Stanislas du Premier Roman 2018
Finaliste du Prix roman Fnac 2018

Rentrée Littéraire 2018

coeur 5

 

 

Résumé

Dans la famille Ezéchiel, c’est Antoine qui mène le jeu. Avec son « nom de savane », choisi pour embrouiller les mauvais esprits, es croyances baroques et son sens aigu de l’indépendance, elle est la plus indomptable de la fratrie. Ni Lucinde ni petit frère ne sont jamais parvenus à lui tenir tête. Mais sa mémoire est comme une mine d’or. En jaillissent mille souvenirs-pépites que la nièce, une jeune femme née en banlieue parisienne et tiraillée par son identité métisse, recueille avidement. Au fil des conversations, Antoine fait revivre pour elle l’histoire familiale qui épouse celle de la Guadeloupe depuis les années 50 : l’enfance au fin fond de la campagne, les splendeurs et es taudis de Pointe-à-Pitre, le commerce en mer des Caraïbes, l’irruption du roi béton, la poésie piquante du créole, et l’inéluctable exil vers la Métropole…..

Intensément romanesque, porté par une langue bluffante d’inventivité, là où les chiens aboient par la queue embrasse le destin de toute une génération d’Antillais pris entre 2 mondes.

Mon Avis

A la fois pétillant et enlevé, ce roman ouvre la mémoire de la Guadeloupe, des années 50 à nos jours, de la campagne oubliée de Morne-Galant à Point-à-Pitre à travers la narration de quatre personnages sincères et attachants. Antoine, l’aînée au caractère bien trempé, nous entraîne dans la culture de l’Ile, ses travers et ses forces, égrenant les expressions créoles et détaillant l’évolution de tout un peuple étroitement lié à la Métropole. Les évènements se succèdent et l’on découvre toute la richesse de l’Ile et son histoire qu’aucun manuel ne nous enseigne alors qu’elle fait partie intégrante de la France. Lucinde, sa sœur, livre un autre point de vue tout comme petit-frère ou l’auteure du roman en quête d’une identité culturelle. Les ressentis se choquent, vivent et nous instruisent comme un précieux témoignage indispensable.

Le livre se teinte de couleurs, de saveurs, d’un commerce à l’autre, d’un port où l’on embarque à Caracas aux usines minées de tensions. On suit les périples, on s’imprègne des espoirs, de l’amour, de la débrouillardise, de la hargne et du courage. On côtoie les rêves de Métropole – issue et/ou déception. On écoute attentif. L’histoire est passionnante, l’écriture vive et de qualité.

Une lecture « Coup de cœur ».

Je vous invite à découvrir l’auteure Estelle-Sarah Bulle dans l’interview qu’elle m’a accordée lors de son passage au salon du livre de Besançon « Les livres dans la Boucle » les 14-15 et 16 septembre 2108 ⇒ ICI 

10 réflexions au sujet de « Là où les chiens aboient par la queue – Estelle-Sarah Bulle »

  1. Ah! Avant même sa parution j’avais déjà envie de lire ce livre. Son titre et un billet dans la revue « la page des libraires » ne m’avaient pas laissé indifférente. Maitenant avec vos commentaires, il vient en tête de ma pal! Merci.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s