Roman Contemporain·Roman historique

Le Tombeau d’Apollinaire – Xavier-Marie Bonnot

Le tombeau d apollinaire


Le Tombeau d’Apollinaire – Xavier-Marie Bonnot

Editions Belfond – 4 Octobre 2018

Coup de coeur

 

 

Je remercie les Editions Belfond pour cette lecture.

Résumé

 » Que la guerre est belle ! Mensonges, tout ça.  »

Dans les tranchées de la Grande Guerre, le sergent Philippe Moreau dessine les horreurs qu’il ne peut dire. Son chef, le sous-lieutenant Guillaume de Kostrowitzky, écrit des articles, des lettres et des poèmes qu’il signe du nom de Guillaume Apollinaire. La guerre, comme une muse tragique, fascine l’auteur d’Alcools. Pour Philippe Moreau, jeune paysan de Champagne, elle est une abomination qui a détruit à jamais son village.

Blessés le même jour de mars 1916, les deux soldats sont évacués à l’arrière et se perdent de vue. Philippe Moreau va tout faire pour retrouver son lieutenant. Une quête qui l’entraîne jusqu’à Saint-Germain-des-Prés et Montparnasse, où il croise Cendrars, Picasso, Cocteau, Modigliani, Braque… Guillaume Apollinaire est mort il y a tout juste cent ans. À travers le regard attendri et critique d’un sacrifié de la Grande Guerre, Xavier-Marie Bonnot raconte avec puissance les dernières années de la vie de l’auteur du Pont Mirabeau.

Mon Avis

L’art éclot-il dans l’horreur, dans le sang et la peine ? Se ramifie-t-il à la souffrance ? S’alimente- t- il de la peur ?

Le lieutenant Guillaume de Kostrowitzky a voulu la côtoyer, cette guerre des tranchées où les corps se disloquent et les âmes s’enlisent, au plus près de la douleur, dans le froid et l’effroi. Il s’approprie la laideur, la transforme et la rime. Ses plus beaux poèmes. Il est Guillaume Apollinaire.

C’est Philippe Moreau, jeune sergent du même régiment, qui sera la mémoire. Amis des tranchées aux sensibilités similaires, l’un dans l’écrit, l’autre dans le dessin, ils partagent le quotidien jusqu’à leurs blessures reçues à la tête le même jour, du même côté. Même démobilisation.

Les jours se poursuivront à Paris. Philippe Moreau dans le sillage d’Apollinaire, aux confins des arts, les cafés, les expos, en quête d’une amitié qu’il pensait immuable. Il nous livre Paris, Cendrars, Picasso, Cocteau, Jacob, Mogliano et Satie, la frivolité et la gravité, les jalousies, le respect et l’envie, le clan des impénétrables. Il nous initie à l’art, à sa richesse et ses aspirations.

Ce roman est captivant. Magnifique. Partagé en deux temps ; les tranchées et les abominations de la guerre relatées avec beaucoup de justesse puis la vie artistique et culturelle à Paris décrite avec une infinie précision, il offre une passionnante immersion dans les années 1914-1918. On y reprend les dommages de la guerre, humains et matériels, les vies gâchées, l’oubli des souffrances et le déni des douleurs, ces hommes qui ont lutté malgré eux quelques soient les camps au nom d’une histoire qui leur échappait. On côtoie l’art et les inspirations, on relit Apollinaire dont les poèmes agrémentent le livre, on apprend … et surtout on ravive les mémoires.

Un livre à lire absolument. Fort. Intense. Émouvant.

Publicités

6 réflexions au sujet de « Le Tombeau d’Apollinaire – Xavier-Marie Bonnot »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s