Roman Contemporain

Désintégration -Emmanuelle Richard

desintegration

 

Désintégration – Emmanuelle Richard

Editions de l’Olivier – 30 Août 2018

coeur 4

 

 

 

Résumé

« Les gosses de riches gueulent en riant plus fort « Qu’est-ce que j’peux faire, j’sais pas quoi faire », ritournelle en scie, scie qui vrille mes tympans, implante une graine de haine qui vient se loger très profond dans mon crâne loin après le cortex. »

Pour payer ses études, elle enchaîne les petits boulots tout en cherchant quelque chose qui serait une place. Elle n’envie pas ces jeunes qui, d’un claquement de doigts, obtiennent tout de leurs parents. Ils n’ont de cesse de lui rappeler qu’elle est l’Autre.
Mais il n’y a pas de neutralité possible.
À force d’humiliations, le mépris s’inverse. La violence devient dignité. Et la colère monte, jusqu’à se changer en haine pure.

Désintégration est l’histoire d’une femme qui sait qu’un regard peut tuer. D’une combattante habitée par la honte, et qui transforme la honte en arme de guerre.
C’est un roman sur le sexe, le pouvoir, le succès. Et la fierté comme moyen de survie.

Mon Avis

Elle est issue de la classe moyenne, celle qui trime dans son pavillon de la banlieue de la Grande Ville, celle où les fins de mois heurtent malgré le travail et les heures qui s’empilent, où l’envie reste vaine, peu ou pas de vacances, des courses aux Discount et des vêtements made in « chaines asiatiques ».

Elle est issue de cette classe qui voit que la vie peut-être autre chose, que certains ont des privilèges, des facilités, du flouze, du blé, du piston. Elle voit qu’elle peut travailler davantage et changer de trottoir ou traverser la rue, les difficultés restent les mêmes, les comptes aussi – la galère.

Elle a la rage et les hait, elle qui les regarde. Les subit.

L’écrit est virulent. Une gerbe qu’elle vomit et qui frappe. Des mots qui s’enchaînent dans une logorrhée de violence. La description d’une survie.

La plume est magnifique.

C’est un roman – une autobiographie ? – sur la haine qui porte et soutient, une haine qui détruit aussi jusqu’à la perte de soi.

Un écrit fort, une chute en abîmes.

 

Publicités

4 réflexions au sujet de « Désintégration -Emmanuelle Richard »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s