Auteurs·Rencontres

Rencontre Caroline Caugant

Caroline Caugant

img_1639 (1)

 

Après des études de lettres modernes à la Sorbonne, Caroline Caugant a décidé de se consacrer à l’écriture, parallèlement à son activité professionnelle de graphiste.

Les heures solaires paru aux Editions Stock, dans la nouvelle collection Arpège, est son deuxième roman.

AFDL : Bonjour Caroline ! Je vous remercie d’avoir accepté de répondre à mes questions. Je suis ravie ! Qui êtes-vous Caroline Caugant ?

Caroline : J’adore lire, flâner dans les librairies, marcher, aller me ressourcer à la mer. Je déteste tout ce qui pollue.

AFDL : Écrire, qu’est-ce que cela représente pour vous ?

Caroline : Ecrire est essentiel pour moi. C’est un besoin, une manière de me sentir vivante. Un refuge aussi. Un moment à la fois solitaire et plein. Lorsque j’écris, il y a une forme d’urgence, une impatience : une histoire se dessine et j’ai hâte de la connaître, de découvrir les chemins qu’elle va prendre.

AFDL : Depuis quand écrivez-vous ?

Caroline : Je suis arrivée à l’écriture par la lecture, qui m’a nourrie et accompagnée dans l’enfance. J’ai commencé à écrire à l’adolescence. Des textes courts, des poèmes, des contes. Beaucoup de lettres aussi, à mes amies ! Puis un jour je me suis lancée dans l’écriture d’un roman. Et je ne me suis plus arrêtée.

AFDL : Quand trouvez-vous le temps d’écrire ?

Caroline : Dès que j’ai un moment pour m’isoler dans « ma bulle » : le soir, pendant les week-ends, les vacances… J’ai beaucoup écrit dans les transports en commun !

AFDL : Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Caroline : Les livres, mes lectures. La mer aussi. L’eau est très présente dans mes écrits : l’océan, les rivières, les îles… Les lieux de vie m’inspirent : paysages et environnements ; d’une certaine manière ils nous constituent. J’aime aussi l’atmosphère du huit-clos, des intérieurs, des maisons ; le quotidien où chaque petit détail peut faire naître une grande histoire.

AFDL : Comment est né votre roman ?

Caroline : Je voulais parler de psychogénéalogie et de mémoires familiales. Ce sont des thèmes à la fois universels et qui touchent à l’intime. J’ai écrit un premier jet. Les personnages – trois femmes de trois générations d’une même famille – et le cadre – le village provençal, la rivière – étaient plantés. Ensuite il y a eu un temps de maturation pendant lequel j’ai lentement tissé les liens qui unissaient les trois héroïnes, ces liens apportant un certain éclairage sur leurs fragilités et leurs choix de vie.

AFDL : Avez-vous un petit rituel d’écriture ?

Caroline : Lorsque je suis chez moi, un thé, de la musique, un carnet, un joli crayon et mon ordinateur.

AFDL : Avez-vous de nouveaux projets d’écriture ?

Caroline : Oui, j’avance sur un prochain roman.

AFDL : Quelles seront vos trois prochaines lectures ?

Caroline : « Une maison parmi les arbres » de Julia Glass, « Les déracinés » de Catherine Bardon, « L’arbre monde » de Richard Powers.

AFDL : Quels sont vos trois derniers livres  « Coup de Cœur »?

Caroline : J’ai adoré l’univers foisonnant de Nathan Hill dans « Les fantômes du vieux pays », le retour à la nature avec « Dans la forêt » de Jean Hegland, la langue âpre et poétique d‘Emily Ruskovich dans « Idaho ». Je peux en rajouter un quatrième ? La petite musique nostalgique de « La fin de la solitude » de Benedict Wells.

AFDL : Un dernier mot ?

Caroline : Merci !

10 réflexions au sujet de « Rencontre Caroline Caugant »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s