Nouveaux Auteurs·Roman Contemporain

Court vêtue – Marie Gauthier

court vetue

 

Court Vêtue – Marie Gauthier

Editions Gallimard – 3 Janvier 2019

coeur 4

 

 

 

 

Je remercie les Editions Gallimard pour cette lecture.

Résumé

«Vive, légère, alerte, elle était comme un courant d’air dans la maison. Elle arrivait pour repartir une seconde plus tard. La nuit, elle filait sans prévenir. Puis soudain elle était dans sa chambre, dans son lit. Félix l’entendait respirer dans son sommeil. Il imaginait sa poitrine en train de se gonfler sous la chemise de nuit. Il faisait jour c’était dimanche.»

Félix, quatorze ans, en apprentissage dans un bourg poussiéreux et écrasé de chaleur, est hébergé par son patron. Dans la maison du cantonnier habite aussi sa fille de seize ans Gilberte, dite Gil. Gil travaille à la supérette, s’occupe avec une certaine légèreté des repas et du ménage. Dans le temps qui lui reste, elle s’éclipse avec des hommes. Beaucoup d’hommes, souvent plus âgés qu’elle. Fasciné par la jeune fille, Félix vit dans l’attente d’un regard de Gil, d’un signe.
Marie Gauthier restitue avec une intensité magnétique l’atmosphère moite et oppressante du bourg en plein été, les sensations confuses du jeune garçon devant la sensualité troublante du corps de Gil.

Mon Avis

Il fait chaud et moite. Le ciel plombe, l’air colle les poumons.  Dans la langueur de l’été, dans ce bourg figé sur le bitume, la vie s’étire dans la pesanteur des habitudes et de l’ennui.

Gil s’enlise. De la supérette où elle occupe un boulot de caissière à la maison de son père, le cantonnier, dans laquelle elle nourrit et entretient l’homme, il n’existe que peu d’échappatoires. Il faut qu’elle existe, qu’elle frissonne, qu’elle vive du haut de ses seize petits ans. Alors, elle baise. Les voisins, le patron, jeunes, vieux, tous ces hommes prêts à lui octroyer quelques instants d’attention, un ersatz d’amour, l’idée d’un semblant d’estime. Elle virevolte de l’un à l’autre, se donne, s’oublie dans ces bras qui la tiennent, elle qui n’est rien qu’une belle fille, peu instruite, peu respectée, sans avenir autre que celui de la vie qu’elle s’octroie. Elle est solaire, Gil, belle et lumineuse, empêtrée par ses formes et sa jeunesse, si naïve et si frêle, astre de la commune, que l’on tire et exploite, sans plus de considération qu’un pet sur une toile cirée.

À ses côtés, Félix, quatorze ans, grandit. Stagiaire du cantonnier, il habite la maison de Gil, proche de sa chambre, proche de cette vie qu’il regarde, les fugues, les découvertes, la liberté. Il se saoule de cette sensualité exacerbée, les sens retournés, lui qui rêve de celle dont il se repaît. Elle est si belle Gil. Si libre. Si femme. Si magnifique et vibrante.

Ce roman est celui de l’éveil à l’amour, puissant et sensuel dans le désert affectif de ces adolescents progressivement adultes, sous le soleil de ce torride été ; une perte de l’enfance, habile et douloureuse contée par les mots percutants et intensément vifs de Marie Gauthier. 

Ce premier roman est une belle découverte.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Court vêtue – Marie Gauthier »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s