Roman Contemporain

Amour Propre – Sylvie Le Bihan

amour propre

 

Amour Propre – Sylvie Le Bihan

Editions JC Lattès – 6 Mars 2019

coeur 5

 

 

 

Je remercie les Editions Lattès pour cette lecture.

Résumé

Giulia n’a hérité de sa mère que son prénom, italien comme elle, et son amour pour Malaparte. Elle a grandi seule avec son père et avec les livres du grand écrivain. Elle est devenue mère, elle est devenue professeure d’université, spécialiste de Malaparte. Ses enfants ont grandi, ils ont encore besoin d’elle, mais c’est elle qui a besoin de vivre sans eux maintenant : elle ne fuit pas comme sa mère a fui dès sa naissance, elle fuit pour comprendre ce qu’elle a hérité de cette absente, ce qu’elle a légué, elle, mère si présente, à ses enfants.
Elle répond à l’invitation d’un ami universitaire et part seule à la Villa Malaparte à Capri pour écrire un livre. L’œuvre du grand écrivain, ce qu’elle lit, découvre de l’auteur dans cette maison mythique, sa solitude, le silence de la maison où sont passés tant d’hommes et de femmes qu’elle admire, tout cela sert sa quête : quelle mère a-t-elle été, quelle éducation a-t-elle reçu et a-t-elle donné ? Et une question plus grave et plus essentielle peut-être : a-t-elle aimé ses enfants ? Les aiment-elles tout en regrettant la vie qu’elle aurait pu avoir sans eux ? Était-elle faite pour être mère ou est-elle faite comme sa mère pour la liberté, l’absence de responsabilités ?

Mon Avis

Il y a des chagrins qu’elle porte en elle, cachés, écrasés. Tout près de son cœur. Des douleurs qui font d’elle ce quelle est devenue, parfois malgré elle, pour plaire, pour faire comme les autres, drivée par les diktats sociaux – les sacro-saintes règles imposées aux femmes : ne pas demeurer célibataire, avoir des enfants, les élever. Bravo.

Des enfants, elle en a eu trois et voilà. C’est bien. Parfait ! Idéal. Elle a bien contorsionné son corps et maté son esprit pour entrer dans le moule. Et puis, elle fera mieux que sa mère qui n’a rien assumé et les a laissés, son père et elle, lorsqu’elle était un bébé. Fortiche Giulia. Elle se débrouille et les élève entre le père absent et le boulot. C’est la course, l’épuisement, le ras l’bol et les dents qu’il faut serrer.

Elle tient jusqu’à la « fracture » où enfin, elle saisit l’opportunité de partir, sur les traces de Curzio Malaparte, à Capri, dans la villa même du maître. Elle s’isole au cœur de cette magnifique construction, pour écrire un livre, mais surtout pour s’éloigner d’eux – ses enfants, ceux pour lesquels sa liberté s’est envolée, ses projets, sa vie de femme. Ces années qu’elle n’a pas choisies.

Ce roman est le constat d’une femme et un regard lucide de mère. Une ambivalence entre l’envie et le devoir, le ressentiment et l’amour, le silence et l’audace. Ce sont des mots posés sur les aspirations au-delà d’un vécu. Ils sont francs et honnêtes.

Sylvie Le Bihan écrit toujours aussi bien. Avec impatience, j’attendais ce nouveau roman que j’ai dévoré d’une traite. J’aime la sincérité de ses écrits, toute la profondeur qui s’en dégage, sans jugement, sans recette, juste des mots de femme au cœur du temps qui file.

Le roman se referme sur Capri, sur la Normandie, sur les romans de Curzio Malaparte (que j’ai découvert avec intérêt) et sur l’amour.

Je ne peux raconter davantage car je pense que chacun.e s’appropriera ce texte.

Un roman à lire absolument. 

Pour poursuivre, je vous propose de découvrir Sylvie Le Bihan lors de l’interview qu’elle m’a accordée ⇒ ICI 

 

3 réflexions au sujet de « Amour Propre – Sylvie Le Bihan »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s