Roman Contemporain

La Saison des Ouragans – Fernanda Melchor

la saison des ouragans

La saison des ouragans – Fernanda Melchor

Editions Grasset – 20 Mars 2019

Traduit de l’espagnol (Mexique) par Laura Alcoba.

coeur 5

 

 

Résumé

Dans le canal d’irrigation, aux abords du village de La Matosa, un groupe d’enfants découvre le corps sans vie de la Sorcière. Les hommes avaient l’habitude de se rendre chez elle pour y trouver du plaisir et les femmes pour y chercher leur liberté, la Sorcière était à la fois amante, conseillère, parfois guérisseuse. Dans cette Chronique d’une mort annoncée, nous remontons le fil des événements pour faire connaissance avec les trois coupables présumés : Luismi, dont la petite amie avait été admise à l’hôpital en raison d’importants saignements après sa visite chez la Sorcière ; Munra qui était au volant du camion ayant transporté le cadavre le jour du meurtre ; et Brando, dont la misogynie et l’homophobie obsessionnelles semblent n’avoir aucune limite. Autant de perspectives qui racontent la misère, la drogue et la violence, en ce mois de mai où l’étouffante chaleur annonce une saison des ouragans féroce…

S’inspirant d’un fait divers, Fernanda Melchor dresse un formidable portrait du Mexique contemporain et de ses démons. Grâce à la puissance de sa plume, elle dépeint la brutalité de la société en s’intéressant à l’une des figures féministes les plus fantasmées et les plus persécutées à travers les âges, la sorcière.

Mon Avis

Il faut, pour entreprendre cette lecture, reprendre son souffle et le tenir d’un bout à l’autre, se noyer dans les phrases longues et exigeantes, s’immerger dans le style brut, les mots crus, l’impératif d’une vérité brutale, sans concession, sombre et écœurante, glissée à chaque page.

Ce roman est dur et indispensable et est indéniablement à lire parce que :

L’auteure manie la phrase et le verbe avec un immense talent dans une logorrhée qui frôle l’urgence – urgence de tout dire, sans oublier, ni l’essentiel, ni le détail, peu importe le mot, même s’il est pornographique, même s’il heurte, il est réel.

– Le Mexique se livre, cash, distillant tout ce sur quoi la société s’appuie écrasée par les rites et les croyances, fondamentales et immuables, jusqu’aux peurs les plus secrètes.

– Le Mexique dénonce ses abus, de l’exploitation des femmes à la prostitution tout sexe confondu, les violences et la corruption, la drogue, le viol, l’inceste, l’homosexualité. Il décrit ses travers marqués de souffrances et égratigne le silence.

Le récit est d’une telle richesse qu’il absorbe sans répit jusqu’à la dernière ligne et percute longtemps encore après que le livre soit refermé

Ce roman est une fresque sociale incontournable que l’on ne peut ignorer.

Une lecture brillante

6 réflexions au sujet de « La Saison des Ouragans – Fernanda Melchor »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s