Auteurs·Rencontres

Rencontre – Joachim Schnerf

Rencontre Joachim Schnerf

Joachim schnerf

Joachim Schnerf est né en 1987 à Strasbourg. Après des études de lettres et d’édition à Paris puis à New York, il commence sa carrière chez Gallimard avant de rejoindre les Éditions Grasset, en 2016, comme éditeur de littérature étrangère. En 2014 paraît son premier roman, Mon sang à l’étude, aux Éd. de L’Olivier. Il écrit ensuite un essai sur l’édition, Publier la littérature française et étrangère (Éd. du Cercle de la Librairie, 2016), avant de publier son roman Cette nuit (Éd. Zulma, 2018), prix Orange du livre 2018.

Joachim a accepté de répondre à mes questions.

AFDL : Bonjour Joachim, je vous remercie d’avoir accepté de répondre à cette interview. Qui êtes- vous Joachim Schnerf ?

Joachim : Bonjour Bénédicte ! Je suis éditeur de littérature étrangère, autrement dit un lecteur curieux qui s’intéresse aux écrivains du monde entier. Je suis également un auteur qui aime trouver la forme juste pour parler des sujets qui comptent pour moi : le temps, la passion, la famille.

AFDL : Écrire, qu’est-ce que cela représente pour vous ?

Joachim : L’écriture est avant tout un moyen de formuler des désirs. L’acte d’écriture est un passage de la sensation vers le mot, un processus nécessaire pour moi qui participe à l’équilibre entre passion et contemplation.

AFDL : Comment conciliez-vous vos métiers d’éditeur et d’écrivain ?

Joachim : Il s’agit de deux activités extrêmement différentes, et pourtant liée à mon amour de la lecture. Il est important de dissocier totalement l’édition et l’écriture afin de respecter l’essence de ces deux actes littéraires : la discrétion et la générosité pour faire découvrir des auteurs que l’on publie d’un côté, une ambition beaucoup plus narcissique dans l’écriture romanesque. Ce sont deux mouvements presque contraires mais qui s’agencent finalement avec beaucoup d’harmonie.

AFDL : Cela occasionne-t-il des doutes ?

Joachim : Le doute est permanent dans l’écriture, il est même nécessaire pour interroger sa phrase sans complaisance, pour se forcer à trouver la forme idéale pour transmettre quelque chose à travers sa langue. Le doute est évidemment présent chez l’éditeur aussi, mais l’acte de publier implique un choix ferme. Il est donc important de se remettre en question sans cesse tout en écoutant, en acceptant et en assumant sa subjectivité.

AFDL : Depuis quand écrivez-vous ?

Joachim : J’écris depuis mon entrée à l’université, mais je ne me suis intéressé à la forme romanesque que plus récemment.

AFDL : Quand trouvez-vous le temps d’écrire ?

Joachim : C’est une question épineuse… J’ai de moins en moins de temps, ma vie de famille est très importante pour moi, mon travail d’éditeur également. J’écris souvent dans les transports, lors de mes déplacements professionnels. Sinon pendant les pauses-déjeuner.

AFDL : Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Joachim : Je les découvre généralement a posteriori ! Des sensations, des personnes croisées, des musiques, des lectures, un ensemble de choses en fait qui font grandir en moi cette nécessité dont je parlais tout à l’heure.

AFDL : Comment est né votre roman ?

Joachim : En l’occurrence, Cette nuit est née d’un chant dont les premières paroles m’obsédaient et que l’on entonne lors de la Pâque juive : « Ma nichtana halaïla hazeh mikol haleïlot ? », « Pourquoi cette nuit est-elle différente des autres nuits ? » ou comment une nuit en tout point similaire aux précédentes peut-elle être différente ? Et puis, le reste s’est enchaîné très vite, les personnages, la structure.

AFDL : Comment avez-vous vécu l’attribution du Prix Orange du Livre 2018 ?

Joachim : C’est un grand honneur d’être ainsi récompensé par un jury ainsi que par le vote du public. J’ai été très ému en recevant ce prix, ému d’avoir pu toucher autant de lecteurs différents.

AFDL : Et vos relations avec vos lecteurs ?

Joachim : J’aime énormément échanger avec eux, lors de rencontres en librairie, en médiathèque, sur les réseaux sociaux ou lors d’une rencontre fortuite. Ces regards sur le texte lui donnent encore plus de densité et me permettent d’envisager mon travail avec d’autres perspectives. Et puis c’est un plaisir de pouvoir discuter du roman et de ne pas simplement rester figé dans la posture de l’écrivain qui donne unilatéralement un livre à lire, la littérature est plus complexe que cela.

AFDL : Avez-vous un petit rituel d’écriture ?

Joachim : Aucun rituel, non. Ma vision de l’écriture n’est absolument pas romantique…

AFDL : Avez-vous de nouveaux projets d’écriture ?

Joachim : J’ai commencé un nouveau roman, il me faudra encore quelques mois pour le terminer mais la structure et les personnages sont déjà bien installés dans mon esprit.

AFDL : Quelles seront vos trois prochaines lectures ?

Joachim : Le nouveau roman de Leonora Miano qui paraîtra en septembre, Rouge impératrice. Je suis également impatient de découvrir Son corps et autres célébrations que L’Olivier publiera à la Rentrée. Et enfin, je m’apprête à attaquer Malina d’Ingeborg Bachmann.

AFDL : Quels sont vos trois derniers livres « Coup de Cœur »?

Joachim : Deux auteurs étrangers encore trop peu connus en France, Mike McCormack avec D’os et de lumière et La saison des ouragans de Fernanda Melchor. Côté français, j’ai beaucoup aimé À la ligne de Joseph Ponthus.

AFDL : Un dernier mot ?

Joachim : Lisez de la littérature étrangère !

Publicités

2 réflexions au sujet de « Rencontre – Joachim Schnerf »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s