Auteurs·Rencontres

Rencontre Valérie Perrin

Rencontre Valérie Perrin

Valerie Perrin

Valérie Perrin est photographe, scénariste et écrivaine. En 2015, parait, aux Editions Albin Michel, son premier roman « Les oubliés du dimanche » récompensé de nombreux prix. En 2018, parait « Changer l’eau des fleurs », toujours chez Albin Michel, pour lequel elle reçoit le Prix Maison de la Presse.

Valérie Perrin a accepté de répondre à mes questions.

AFDL : Bonjour Valérie. Je vous remercie chaleureusement d’avoir accepté de répondre à mes questions. Qui êtes-vous Valérie Perrin ? 

Valérie : C’est une question tellement vaste que je ne sais pas quoi vous répondre. Ce que j’aime et ce que je n’aime pas, cela peut changer selon l’humeur du jour.  Ma personnalité c’est très compliqué d’en parler là comme ça pour une interview. Ce serait plus aux autres de la dire qu’à moi. 

Alors disons que ce que j’aime par-dessus tout c’est être avec mes enfants, ma famille, mes amis. 

Et ce que j’aime en général c’est « l’état amoureux » : il me fascine depuis l’enfance.

Lire, la musique, le cinéma, la nature et les animaux, le vin, la mer, le calme, les faits-divers, les vides-grenier, le théâtre, les éclaircies.  

Il y a de quoi détester beaucoup de choses en ce moment dans ce monde qui tourne à l’envers – il y a tellement d’injustices… de misères et de solitudes. Mais je garde foi en certains humains. J’ai la chance de vivre et de connaitre des êtres merveilleux. 

AFDL : Écrire, qu’est-ce que cela représente pour vous ?

Valérie : La vraie question serait plutôt qu’est-ce que cela représente pour le lecteur de me lire ? Je n’écris que pour mes lecteurs – Pour moi écrire c’est être seule quelque part ou dans un café au milieu d’une foule, je n’entends plus personne. Traversée par des personnages dont je serais la metteuse en scène. 

AFDL : Depuis quand écrivez-vous ?

Valérie : Depuis le CM2. J’ai terminé « Les Oubliés  du dimanche » en novembre 2013 et il a été retenu en janvier 2014 chez Albin Michel. 38 ans séparent le début de mes gribouillis et la sortie de mon premier roman. 

AFDL : Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Valérie : Les centaines et centaines et centaines de romans que j’ai lus. Mes voisins de palier, mes enfants, mes amis, des inconnus, l’émission « faites entrer l’accusé »…

AFDL : Imaginiez-vous un tel succès pour vos deux romans ? 

Valérie : Aux innocents les mains pleines ! Jamais je n’aurais pu imaginer un tel succès, cela me dépasse totalement et me rend pleinement heureuse : je l’apprécie chaque minute de ma vie. Quand j’ai appris que « Changer l’eau des fleurs » était deuxième des ventes France en juillet, j’étais en vacances avec mes enfants. On ne réalisait pas. Et j’ai toujours du mal à réaliser parce que le roman reste en tête des ventes, à la deuxième place. À l’heure où j’écris, je viens d’apprendre qu’il est premier. 

AFDL : Comment décririez-vous vos rencontres avec vos lecteurs (trices) ? 

Valérie : Alors là c’est vraiment très très fort et bien que je n’ai écrit que deux romans, les lecteurs de « Changer l’eau des fleurs » sont souvent bouleversés par le propos du roman (amour, mort, résilience, âmes grises, deuils, jardins) ils me font de grandes déclarations d’amour. J’ignore si Violette Trenet épouse Toussaint existe, pour moi elle existe, mais pour beaucoup de lecteurs, aussi. 

Pour « Les Oubliés du dimanche », des aide-soignantes, infirmières, médecins, enfants élevés par leurs grands-parents, lecteurs, m’ont témoigné beaucoup d’amour aussi. 

AFDL : Comment est né votre roman « Changer l’eau des fleurs » ? Quel a été votre cheminement ?

Valérie : L’idée est née à Auberville en Normandie en me rendant sur la tombe des parents de mon compagnon. Je me suis assise dans le cimetière pour changer de chaussures et quand je suis rentrée à la maison je « tenais » violette, gardienne de cimetière, je me suis tout au début inspirée du personnage de Renée du roman « L’élégance du hérisson» et ensuite, Violette et les autres ont eu droit à leur propre destin

AFDL : Avez-vous un petit rituel d’écriture ?

Valérie : Non. Plutôt le matin mais non, pas de rituel 

AFDL : Avez-vous de nouveaux projets d’écriture ?

Valérie : Oui. Un troisième roman est en cours d’écriture. 

AFDL : Quelles seront vos trois prochaines lectures ?

Valérie : Les choses humaines de Karine Tuil ; La vie qui m’attendait de Julien Sandrel ; Les yeux couleur de pluie de Sophie Tal Men.  

AFDL : Quels sont vos trois derniers livres « Coup de Cœur »?

Valérie : Né d’aucune femme de Franck Bouysse ;  Sous le soleil de mes cheveux blonds d’Agathe Ruga ; Vers la beauté de David Foenkinos.

AFDL : Un dernier mot ? 

Valérie : N’achetez jamais un animal : adoptez-le dans un refuge. 

 

3 réflexions au sujet de « Rencontre Valérie Perrin »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s