Roman Contemporain

Les Choses Humaines – Karine Tuil

les choses humaines


Les Choses Humaines – Karine Tuil

Editions Gallimard- 22 Août 2019

coeur 4

 

 

 

Je remercie les Editions Gallimard pour cette lecture.

Résumé

Les Farel forment un couple de pouvoir. Jean est un célèbre journaliste politique français ; son épouse Claire est connue pour ses engagements féministes. Ensemble, ils ont un fils, étudiant dans une prestigieuse université américaine. Tout semble leur réussir. Mais une accusation de viol va faire vaciller cette parfaite construction sociale.

Le sexe et la tentation du saccage, le sexe et son impulsion sauvage sont au cœur de ce roman puissant dans lequel Karine Tuil interroge le monde contemporain, démonte la mécanique impitoyable de la machine judiciaire et nous confronte à nos propres peurs. Car qui est à l’abri de se retrouver un jour pris dans cet engrenage ?

Mon Avis

Les choses humaines. Ces « choses » que l’on porte, intrinsèques et profondes – des affects, une histoire. Des rencontres. Des expériences. Evolutives, tendues, imbriquées. Le titre donne la tonalité du roman.

J’ai lu de nombreuses critiques des fervents lecteurs de Karine Tuil, déçus par ce nouveau roman jugé facile et/ou lisse, trop caricatural, chargé d’un marketing commercial délitant sa qualité. J’ai lu des avis mitigés et tempérés, des commentaires quant à sa sélection dans la première liste du goncourt, des mots acerbes ou  des lignes en demi-teinte sur des comptes de chroniques littéraires que je suis avec assiduité.

Le livre trônait sur ma PAL… j’avais envie de le lire tout en ayant tout de même une certaine hésitation. Appréhension. Et si j’appréciais cet écrit, serais-je une « quiche » face à mes copinautes boostagrammers ? …

Alors OUI ! Tant pis, je suis une quiche ! J’ai aimé ce livre !

Bien sûr, les personnages sont caricaturaux. La première partie du récit offre un panel éculé de personnages parodiques : un animateur télé sur le retour, abject et carriériste, clone peu subtil (et interchangeable) de ceux qui côtoient nos ondes depuis de nombreuses années, une essayiste, féministe en surface aux prises avec ses convictions, un fils nanti mais passablement négligé sur lequel pèsent tous les espoirs paternels, un amant torturé et une jeune fille engluée dans une éducation « cuculreligionneuse ». On mélange, on agite, on colle un peu de sensationnel au cœur de #metoo et de #balancetonporc, on ajoute un peu de Djiadhisme, une touche de réseaux sociaux, un brin d’Alzheimer et du droit à mourir dans la dignité … C’est impressionnant, tout y est !

BON. Et bien, j’ai trouvé que cela fonctionnait ! C’est gros, voire énorme mais, même à la truelle, l’auteure a su me convaincre. « Les choses humaines », voilà ! Des défauts, des évidences, des Hommes. Voilà, nous sommes moches, pétris de contradictions et… attachants. Oui, Attachants. (Je vous l’ai dit, je suis une quiche !)

J’ai donc poursuivi ma lecture et attaqué la seconde partie : le procès. Le jeune fils, le nanti sans épaisseur, est accusé de viol par la jeune fille sans … épaisseur. Débute l’enquête puis le procès, les culpabilités de chacun, les faux-semblants, les esquives. Chacun s’approprie l’évènement et nous, lecteurs, enfin moi puisqu’il semble que beaucoup soient restés sur la touche, tourne les pages comme une dératée pour connaître la suite. Je suis partagée, bousculée par ce texte descriptif, par ces scènes dénuées d’affect, documentées, précises, justes. Aucun parti pris de l’auteure. Elle décortique et livre. A chacun de se faire une opinion. Coupable. Non coupable. Consentement ou non. « Les choses humaines » s’invitent.

En conclusion, j’assume ma « quicherie ». Ce roman m’a énormément plu. J’ai aimé la plume directe et épurée, le style vif, les personnages humains, le contexte social éculé, le propos marketing, la provocation. J’ai totalement adhéré à la forme, à ce décryptage des failles humaines, à nos limites – la zone grise du consentement. J’ai été partagée tout au long de ma lecture, interrogée, percutée, secouée. J’ai aimé la liberté de mes avis, l’oscillation entre le vrai et le faux, le démontage des certitudes, les remises en question. L’amour aussi.

Ce roman est une fabuleuse lecture de la rentrée littéraire 2019.

 

12 réflexions au sujet de « Les Choses Humaines – Karine Tuil »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s