Roman Contemporain

Le réveil des Sorcières – Stéphanie Janicot

Le reveil des sorcières

 

Le réveil des sorcières – Stéphanie Janicot

Editions Albin Michel – 2 Janvier 2020

coeur 3

 

 

 

Je remercie les Editions Albin Michel pour cette lecture.

Résumé

Et si en commençant son nouveau roman sur la magie noire par un accident de voiture fatal, la narratrice avait provoqué la mort de son amie Diane, guérisseuse et médium ?
Dans la forêt de Brocéliande, où elles se retrouvaient l’été, les légendes celtes, la pratique de la sorcellerie sont toujours prégnantes. Le mystère grandit autour de Diane, sa tragique disparition et ses pouvoirs exceptionnels dont semble avoir hérité sa fille cadette, Soann, une adolescente sombre et troublante, hantée par le deuil et la certitude que sa mère a été assassinée.

Habité par les mystères de la terre bretonne, « Le Réveil des sorcières » est sans doute l’un des romans les plus personnels et envoûtants de Stéphanie Janicot. L’auteur de « La Mémoire du monde » y interroge, à travers le personnage singulier d’une adolescente, les liens obscurs de la transmission et les limites entre la vie et la mort.

Mon Avis

L’ésotérisme, la voyance, les guérisseuses et la sorcellerie sur fond de légendes celtes, ce n’est pas vraiment mon truc et j’avoue que sans l’envoi des Editions Albin Michel, je ne me serais pas tournée vers ce livre. C’eut été dommage !

Tout d’abord parce que « Le réveil des Sorcières » est avant tout une histoire de femmes. Diane, l’auteure, Soann et sa sœur, toutes font face à la vie, chacune au mieux, au cœur d’une micro-société – le village et les alentours, où chacun se connait, s’envie, se jalouse et se brise. Les médisances vont bon train, la vengeance se cultive, on convoite. Les terres, les dons, l’amour.

Ensuite, parce que ce roman est, au-delà d’une quête de vérité, une chronique sur la valeur des traditions et l’ancrage à la terre. L’Histoire reste prégnante dans ces campagnes bretonnes où l’on consulte moins le médecin que la guérisseuse et l’énergétiseur – les fluides et l’énergie rythmant les hommes, l’air et les marées, la vie et la mort.

Ce roman fut donc une belle surprise d’autant plus que l’auteure est vraiment très agréable à lire et, même si l’on ne croit à rien de ces cultes ou ces pratiques, il reste le plaisir d’apprendre sur l’histoire et les légendes des terres de l’ouest.

Un bon moment de lecture.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s