Roman Contemporain·Roman historique

J’ai cru qu’ils enlevaient toute trace de toi – Yoan Smadja

J'ai cru qu'ils ...

 

J’ai cru qu’ils enlèveraient toute trace de toi – Yoan Smadja

Editions Belfond – 4 Avril 2019
Editions Pocket – 6 Février 2020

coeur 5

 

 

Je remercie les éditions Pocket et @nicolemotspourmots pour cette lecture.

Résumé

Printemps 1994. Le pays des mille collines s’embrase. Il faut s’occuper des Tutsi avant qu’ils ne s’occupent de nous.
Rose, jeune Tutsi muette, écrit tous les jours à Daniel, son mari médecin, souvent absent. Elle lui raconte ses journées avec leur fils Joseph, lui adresse des lettres d’amour… Jusqu’au jour où écrire devient une nécessité pour se retrouver. Obligée de fuir leur maison, Rose continue de noircir les pages de son cahier dans l’espoir que Daniel puisse suivre sa trace.
Sacha est une journaliste française envoyée en Afrique du Sud pour couvrir les premières élections démocratiques post-apartheid. Par instinct, elle suit les nombreux convois de machettes qui se rendent au Rwanda. Plongée dans l’horreur et l’indicible, pour la première fois de sa vie de reporter de guerre, Sacha va poser son carnet et cesser d’écrire…

Dans ce premier roman bouleversant d’humanité, Yoan Smadja raconte le génocide des Tutsi du Rwanda à travers le regard de deux femmes éblouissantes, Rose et Sacha qui, sans le savoir, et par la seule force de leur plume, vont tisser le plus beau des liens, pour survivre à l’inhumain.

Mon Avis

Deux textes – des lettres et un récit ; deux regards sur les évènements dramatiques de 1994 au Rwanda.

Sacha est une journaliste française dépêchée par le magazine qui l’emploie, Rose une Tutsi muette travaillant à l’ambassade. Au cœur de la tragédie, elles seront témoin et victime, le destin lié au-delà de ces jours de violence et de mort.

Rose écrit à Daniel, son époux, médecin engagé pour la cause des Tutsi. Elle lui rappelle leur rencontre, leur amour, la naissance de leur fils Joseph, écrit « la maison vanille » et les souvenirs. Les mots sont doux et sucrés, le charme intact. Jusqu’à la bascule. L’horreur qui arrache des frissons et des larmes et laisse sans voix. L’inhumanité.

Accompagnée d’un confère photographe et de Daniel à la recherche de sa femme et son fils, Sacha parcourt le Rwanda à feu et à sang et assiste impuissante à la solitude d’un peuple massacré, l’exode et la folie alors que les Instances Internationales détournent le regard. Sans fioriture, son ton est sec et son récit factuel livrant une réalité insoutenable.

Ce roman au texte déchirant est une pépite.

Une réflexion au sujet de « J’ai cru qu’ils enlevaient toute trace de toi – Yoan Smadja »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s