Roman historique

Le Sans-Maître – Virginie Caillé-Bastide

Le sans dieu

 

Le Sans-Maître – Virginie Caillé-Bastide

Editions Héloïse d’Ormesson – 19 Mars 2020

coeur-brisé

 

 

Je remercie les Editions Héloïse d’Ormesson pour cette lecture.

Résumé

En 1720, au nord de la Bretagne, Côme de Plancoët mène une vie paisible dans sa seigneurie. Célibataire et sans héritier, il partage son temps entre l’équitation et l’érudition. Si sa personnalité intrigue, sa bienveillance a tôt fait de réduire au silence toutes les mauvaises langues. Ou presque… Car, dans l’ombre, un ennemi puissant lui voue une haine tenace et resserre autour de lui un étau redoutable. L’existence de Côme va voler en éclats et le conduire sur la route d’un druide sans âge aux pouvoirs étonnants et d’une cavalière au caractère bien trempé.
Le Sans Maître est une chevauchée magique en terres bretonnes, rythmée par les aventures d’un homme vent debout contre l’obscurantisme et la vengeance.

Un roman d’aventures qui nous embarque en terres bretonnes rythmé par la chevauchée d’un héros qui combat l’obscurantisme par la science et la vengeance par l’amour.

Mon Avis

Lorsque je n’aime pas un livre, j’essaie de persister dans ma lecture afin d’être certaine que le sujet ou le style ne me plait pas. Parfois, je ne parviens pas à le terminer, d’autres fois j’y arrive comme c’est le cas pour « Le Sans-Maître ». Souvent, je ne fais pas de chronique par respect pour le travail de l’auteur et parce que critiquer un roman n’engage que moi (l’encenser aussi, me direz-vous … oui, mais l’impact n’est pas le même et l’exercice d’une critique négative me met très mal à l’aise).

Je vais pourtant essayer d’expliquer pourquoi ce livre ne m’a pas plu.

J’ai lu en 2017, le roman « Le Sans-Dieu » de la même auteure que j’avais apprécié. J’ai donc été très contente de recevoir son nouvel écrit « Le Sans-Maître » dont le résumé promettait de belles aventures. Peut-être est-ce dû à la lenteur du confinement ou à mon manque d’envie passager pour la lecture, mais je n’ai pas été conquise. Le style empruntant au vieux français beaucoup de tournures a enlisé l’histoire qui pâtissait déjà à mon sens d’une langueur ennuyeuse (il ne se passe pas grand-chose – rien de palpitant tout du moins). Et si celui-ci a très bien fonctionné dans « Le Sans-dieu », roman de piraterie aux multiples rebondissements, il est ici très désuet. Les personnages ont aussi, pour moi, manqué d’épaisseur ; Côme est à secouer, Anne sa belle à agiter, quant aux autres, même les « méchants », paraissaient sortir d’un film de Disney. Aïe, j’ai la dent dure. Je vais alors relativiser mon avis par la qualité de la langue et par l’authentique travail de recherche de l’auteure. Son écrit est très instructif sur les us et coutumes de l’époque, les légendes et les faits historiques. C’est ce qui, sans aucun doute, m’a fait poursuivre ma lecture.

Ce roman saura donc plaire à beaucoup car il est incontestablement documenté, mais pour ma part, je suis restée au bord du chemin.

 

 

7 réflexions au sujet de « Le Sans-Maître – Virginie Caillé-Bastide »

  1. Bon, je suis tombée sur votre critique, non signée, sauf erreur de ma part, et je la trouve très-trop catégorique ! Mais comme je « débarque » sur ce blog je vais peut-être apparaître comme une affreuse iconoclaste 🙂 Il se trouve que je l’ai commandé pour l’offrir à une amie, bretonne, et tant pis pour la mauvaise critique, je ne le décommande pas et je me réfère à celle qui m’a fait choisir ce livre, elle aussi critique littéraire : Elle dit, dans la première partie, peu ou prou la même chose que vous. Par contre, la chute est plus .. « optimiste ». Je la cite : « Une chevauchée magique, irrésistible, dopée à l’esprit des Lumières ». Peut-être que l’appréciation que je transmets feront hésiter ceux qui déclarent ne plus vouloir l’acheter suite à votre commentaire et les poussera-t-elle à « prendre le risque » de se tromper ? C’est aussi ça la lecture, prendre le risque de ne pas aimer, et rêver à ce qu’il sera peut-être en ouvrant la première page …

    J'aime

    1. Bonjour,
      Vous avez lu cette critique sur mon blog ? (d’où peut-être le fait qu’elle ne soit pas signée puisque je suis la seule à y écrire)
      L’avis vous semble catégorique, mais je tiens à préciser qu’il est personnel donc subjectif. J’ai attendu beaucoup de ce roman, emballée par ma précédente expérience avec Virginie Caillé-Bastide ( « Le sans-Dieu »). Ma chronique est le reflet de ma déception. Vous avez sous aucun doute bien fait d’acheter ce roman si vous en aviez envie. Il plaira peut-être à votre amie (ou pas). J’ai lu de très bons retours concernant ce roman. Moi, il ne m’a pas enthousiasmée.
      En tout cas, je vous remercie d’avoir pris le temps d’écrire ce commentaire que j’ai lu avec attention. N’hésitez pas à me dire ce que votre amie aura pensé de sa lecture. Bien à vous. Bénédicte.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s