Non classé

Ce qu’il faut d’air pour voler – Sandrine Roudeix

Ce qu’il faut d’air pour voler – Sandrine Roudeix

Editions Le Passage – 7 Janvier 2021

Je remercie les Editions Le Passage pour cette lecture.

Résumé

Que devient une mère quand son tout petit s’en va ? Dans un roman où affleure à chaque page la sensibilité, où la grâce naît de l’auscultation intime, toujours sincère et parfois crue des situations, Sandrine Roudeix interroge la séparation mère-fils de la naissance à l’âge adulte et la manière dont une jeune fille devient femme en devenant mère.

Que devient une mère quand son tout-petit s’en va ? En s’appuyant sur des photos de famille qu’on ne voit pas, Sandrine Roudeix traverse vingt ans de fusion et de défusion maternelles, démêlant les fils qui tressent la séparation inévitable d’une mère célibataire et de son garçon. Dans un roman où affleurent à chaque page l’amour et la tendresse, où la grâce naît de la vérité et de la mise à nu toujours sincère et parfois crue des situations, elle interroge la manière dont une jeune fille devient femme en devenant mère et dresse le portrait lumineux d’une double émancipation.

Mon avis

L’autofiction est pour moi souvent rédhibitoire bien que de belles surprises m’aient parfois emportée comme « Eparse » de Lisa Balavoine. Lorsque j’ai débuté la lecture de « Ce qu’il faut d’air pour voler » de Sandrine Roudeix, j’ai réalisé qu’il ne s’agissait pas d’une fiction, mais bel et bien d’une autofiction. Mince ! J’ai failli abandonner, épisode 4 puis 5, lorsque l’auteure évoque sa grossesse puis son accouchement, me disant « je m’en fous … moi j’en ai quatre, de grossesses, d’accouchements et d’enfants !… ». J’ai néanmoins persévéré puisque ma lecture suivante se trouvait à l’étage, loin du canapé sur lequel je m’étais posée. Passons donc la grossesse de l’auteure puis son séjour à la maternité où s’apprennent le bain de bébé et les premières succions au sein. Chapitres suivants ! Les photos jalonnent la suite et m’attrapent. Ahhhh ! Voilà, je repars en lecture, soudain sensible à la maternité dans toute sa complexité. Je lis le texte d’une femme, d’une épouse, d’une mère. L’amour, les doutes, les erreurs, les douleurs. Je lis les faiblesses et la force dans ce texte peu à peu universel et non plus autofictionnel. Sandrine Roudeix devient une mère parmi tant d’autres osant partager ce qui se tait. L’émotion se ressent, étreint, résonne. Rassure aussi : On fait au mieux !

Cette lecture m’a donc embarquée jusqu’à sa dernière page sans plus aucun désir de la reposer. Je suis restée en parallèle de cette expérience de mère et de femme, piochant en ses écrits des échos à une réalité dans laquelle chacune peut s’identifier. Aucun mode d’emploi. Je le redis : On fait au mieux !

Une lecture intéressante et émouvante.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s