Roman Contemporain

Fille perdue – Adeline Ysac

Fille perdue – Adeline Ysac

Editions La manufacture de livres – 6 Mai 2021

Je remercie les Editions de la Manufacture de Livres pour cette lecture

Résumé

Anicette était la petite dernière, la jolie poupée choyée par sa famille. Jusqu’au jour où on la surprend en train de commettre le plus indicible des péchés : poser la main sur son corps, se caresser. Petite fille devenue fille perdue, voici l’enfant chassée de sa famille et condamnée à grandir entre les murs de « l’institution ». C’est là que des religieuses tentent de chasser le vice du corps et des esprits de ces filles de rien. Celles dont les mères se prostituent, celles qui sont nées de pères inconnus, celles dont le corps ne ressemble pas à ce que l’on attend d’une femme… Et si la foi ne suffit pas, c’est peut-être à Paris, entre les mains des médecins que ces enfants devront être conduites.

Roman construit sur un fond historique passé sous silence, Fille perdue nous parle d’une époque où la morale et la science conjuguaient leurs efforts pour maintenir le joug pesant sur le corps des femmes.

Ma lecture

J’ai lu  « Le bal des Folles » de Victoria Maas et « La salle de bal » d’Anna Hope dans lesquelles les femmes se trouvent emprisonnées à l’asile pour non-conformité aux exigences du XIXème siècle. J’ai lu divers essais sur la place des femmes dans la société, sur les douloureux jugements que l’on a portés sur elles, sur l’internement en hôpital ou en prison, sur le poids du patriarcat et de la religion, sur les rôles qu’elles avaient à tenir sans droit à l’indépendance… mais jamais je n’avais lu d’écrit sur les mascarades médicales visant à détruire les organes du plaisir.

Dans les médias, de nombreux témoignages nous alertent sur des pratiques barbares faites aux femmes qui perdurent : on entend parler de l’excision imaginant sans doute que cette pratique se limite à certains pays ou à certaines cultures. Pourtant, cette pratique sous couvert d’une justification médicale fut réalisée, en France, sur des jeunes filles.

Anicette, petite fille ordinaire d’une famille ordinaire, petite chérie que l’on couve, se voit un jour réduite à l’état de dépravée pour avoir exploré son corps. De l’institution religieuse dans laquelle on la place à l’hôpital où l’on espère la traiter de son hystérie, ce roman relate son terrible quotidien.

Texte à la langue particulière – à la fois vive, rude et complexe, « Fille perdue » nous plonge dans la spirale de l’intolérance et de la peur face au désir féminin.

Une lecture intéressante.

3 réflexions au sujet de « Fille perdue – Adeline Ysac »

  1. j’ai bien aimé « La salle de bal » par contre « Le bal des folles »m’attend encore car les avis étaient mitigés…
    je note celui-ci car le thème m’intéresse 🙂
    le sujet est toujours autant d’actualité le jour où les femmes pourront disposer de leurs corps comme elles l’entendent, ce sera vraiment l’égalité…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s