Roman Contemporain

Sauf que c’étaient des enfants – Gabrielle Tuloup

sauf que c'étaient des enfants

 

Sauf que c’étaient des enfants – Gabrielle Tuloup

Editions Philippe Rey  – 2 Janvier 2020

coeur 3

 

 

Je remercie les Editions Philippe Rey pour cette lecture.

Résumé

Un matin, la police entre dans un collège de Stains. Huit élèves, huit garçons, sont suspectés de viol en réunion sur une fille de la cité voisine, Fatima. Leur interpellation fait exploser le quotidien de chacun des adultes qui entourent les enfants. En quoi sont-ils, eux aussi, responsables ?
Il y a les parents, le principal, les surveillants, et une professeure de français, Emma, dont la réaction extrêmement vive surprend tout le monde. Tandis que l’événement ravive en elle des souvenirs douloureux, Emma s’interroge : face à ce qu’a subi Fatima, a-t-elle seulement le droit de se sentir victime ? Car il est des zones grises où la violence ne dit pas toujours son nom…

Avec beaucoup de justesse, Gabrielle Tuloup aborde la question de l’abus sexuel dans notre société. Le lecteur, immergé dans l’intimité de personnages confrontés à la notion de consentement et aux lois du silence, suit leur émouvante quête de réparation.

Mon Avis

Un collège, un viol en réunion, une victime, des accusés. Ce roman aurait pu être terriblement racoleur surfant sur l’air du temps tenant des propos trash et/ou moralisateurs. Il aurait pu glisser sur une idée de la cité – un jugement raccourci et s’attarder sur l’impuissance. Il n’en est rien. De ce viol, nul image ou détail.  Juste une parole. Un courage.

Fatima ose parler. Huit seront arrêtés, même Mouss l’élève de cinquième.

Avec beaucoup de tact et de justesse, Gabriel Tuloup explore les ressentis – le Principal, la CPE, les AED, les autres élèves, les prof. dont Emma. Le choc est puissant et chacun porte un regard différent sur les faits s’interrogeant sur les conséquences tant professionnelles que personnelles ou même intimes. Forte de son expérience d’enseignante de collège, l’auteure maîtrise parfaitement les rouages de la boutique et nous immerge pleinement au cœur de l’affaire où résonne parfois une autre histoire.

Toutefois, je temporiserais mon avis sur deux temps. La première partie du roman centrée sur les sentiments des protagonistes du collège en lien avec l’affaire m’a captivée. La seconde qui délaisse les faits et s’appuie sur l’expérience personnelle d’Emma m’a nettement moins intéressée bien que j’en comprenne l’intérêt.  Je ressors donc de cette lecture tout autant emballée que mitigée.

Une lecture qui ne laisse pas indifférent.

Une réflexion au sujet de « Sauf que c’étaient des enfants – Gabrielle Tuloup »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s